RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

"Nous sommes pleins d'espoir de pouvoir bientôt saluer l'avènement d'une Chine ouverte", affirme Zeng Jinyan, l'épouse de Hu Jia, dans un message au Parlement européen

(RSF/IFEX) - Dans un message vidéo retransmis devant le Parlement européen réuni en séance plénière le 17 décembre 2008 à Strasbourg, à l'occasion de la cérémonie de remise du prix Sakharov, Zeng Jinyan, l'épouse de Hu Jia, le lauréat 2008, a remercié les parlementaires européens de leur soutien ( http://www.dailymotion.com/rsf_internet/video/13024651 ).

"Je remercie du fond du coeur nos amis du Parlement européen. Depuis le début, le Parlement s'est soucié du cas de Hu Jia et a déployé des efforts pour sa liberté et de celle d'autres défenseurs chinois des droits de l'Homme, des efforts qui forcent le respect", a affirmé la jeune femme très émue.

Empêchée de sortir de Chine, les autorités ayant confisqué son passeport, Zeng Jinyan a envoyé un message détaillant la situation actuelle de Hu Jia: "La bonne nouvelle c'est que le 10 octobre 2008, Hu Jia a été transféré (. . .) à la prison municipale de Beijing, et ses conditions de détention se sont améliorées. Quant à sa santé, apparemment il a meilleure mine, et semble aller un peu mieux (. . .) Cependant, en un mois, il a subi deux examens sanguins, mais nous ne savons pas quels en sont les résultats. Bien que nous les ayons réclamés, ses résultats d'analyse n'ont pas été communiqués à sa famille. Cette façon de procéder nous préoccupe, et nous fait craindre que sa cirrhose ne se soit aggravée."

Elle-même blogueuse, Zeng Jinyan a rendu hommage aux militants qui, comme Hu Jia, militent pour davantage de liberté d'expression: "Il y a maintenant dans la société chinoise un grand nombre de personnes d'exception et de bonne volonté qui déploient de gros efforts pour trouver des moyens de faire connaître la situation réelle de la Chine, d'exprimer leurs cris du coeur, et Internet leur fournit une plateforme très intéressante. Mais malheureusement le prix à payer pour cela est très élevé."

Zeng Jinyan est également revenue sur le sort de leur fille qui vit en résidence surveillée à ses côtés: "Notre enfant n'a qu'un an, c'est un moment fondamental de sa vie, mais Hu Jia ne peut pas être à ses côtés. Pour moi, c'est difficile d'aborder cette question."

La veille de l'annonce de l'attribution du prix par le président Hans Gert Pöttering, l'ambassadeur chinois à Bruxelles avait menacé l'Union européenne de conséquences négatives pour les relations avec son pays si Hu Jia se voyait décerner le prix Sakharov. "Si le Parlement européen devait accorder le prix à Hu Jia, cela blesserait inévitablement le peuple chinois encore une fois et causerait des dommages importants aux relations Chine-UE", a écrit le diplomate dans une lettre à Hans Gert Pöttering.

Agé de 35 ans, Hu Jia a été condamné, le 3 avril 2008, à trois ans et demi de prison pour avoir publié des informations relevant des affaires d'Etat sur des sites Internet basés à l'étranger. Il a été arrêté, le 27 décembre 2007, pour "incitation à la subversion au pouvoir de l'Etat" avant d'être jugé, le 18 mars 2008, par le tribunal intermédiaire de Pékin.

Hu Jia est malade du foie et ne dispose pas des médicaments dont il a besoin.

Hu Jia s'est investi dans des actions humanitaires dès le début des années 1990. Engagé dans la prévention et l'aide aux malades atteints du SIDA, son combat s'étend également à la protection de l'environnement et à la défense des prisonniers d'opinion. Très actif sur Internet, il utilisait son blog et réalisait des vidéos pour montrer la répression du régime chinois envers les défenseurs des droits de l'homme. En mars 2006, il a été détenu au secret pendant 40 jours. A sa remise en liberté, son appartement est devenu une résidence surveillée. Des policiers encerclaient son immeuble et l'empêchaient de sortir, tandis que sa femme, Zeng Jinyan, était suivie dans ses moindres déplacements.

Le couple a remporté le prix Reporters sans frontières - Fondation de France "spécial Chine", en décembre 2007. Zeng Jinyan a été élue par l'hebdomadaire "Time" parmi les cent personnes les plus influentes dans le monde en 2007.

Dernier Tweet :

Con la ley también se puede cercenar la libertad. En #México presentaron en el Senado iniciativa que criminaliza la… https://t.co/jZOXCb4Mvj