RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Blocage de sites Internet d'informations et harcèlement de journalistes étrangers à la veille du vingtième anniversaire du massacre de Tiananmen

(RSF/IFEX) - Alors que les autorités chinoises multiplient les actes de censure pour empêcher les Chinois d'être informés sur le vingtième anniversaire du massacre de la place Tiananmen, Reporters sans frontières a fait circuler, le 3 juin 2009, devant l'ambassade de Chine et dans les rues de Paris, la célèbre photo en grand format montrant un homme défiant les chars de l'armée à Pékin. Collé sur trois camions, ce cliché interdit en Chine, comme toutes celles liées au mouvement démocratique de juin 1989, symbolise la résistance face à l'oppression.

"Pour rendre hommage aux victimes du 4 juin 1989 et à ceux, en Chine, qui continuent à honorer leur mémoire, malgré la censure et les pressions, il est du devoir des organisations de défense des droits de l'homme de se mobiliser. Même si à Pékin, cette image hautement symbolique est interdite, des dizaines de milliers de Parisiens l'auront vu. Nous réclamons une fois de plus que la presse soit autorisée à parler du 'Printemps de Pékin'", a affirmé l'organisation.

Des militants de Reporters sans frontières ont manifesté devant l'ambassade de Chine. A leur côté, Stuart Franklin, photographe de l'agence Magnum, a assisté au passage des camions arborant le cliché en grand format.

A Pékin, les forces de sécurité ont empêché, le 3 juin, des journalistes de se rendre sur la place Tiananmen. Des centaines de policiers et soldats sont déployés sur et autour de cette immense esplanade où repose le mausolée de Mao Zedong.

Selon le Club des correspondants étrangers en Chine, au moins quatre équipes de télévision ont été interpellées par la police pour avoir tenté de filmer la place Tiananmen. Une autre équipe a été encerclée par des policiers aux alentours de l'université de Pékin. Plusieurs fixeurs chinois de médias étrangers ont été interrogés par la Sécurité publique.

Pour les récits de ces interférences, cliquer ici: http://www.fccchina.org/category/incident-reports/

Reporters sans frontières a reçu d'un blogueur chinois une liste de sites Internet, réseaux sociaux, forums de discussion et plateformes de blogs actuellement bloqués par les autorités. La liste inclut notamment des sites chinois tels que http://www.fanfou.com, http://www.verycd.com, http://www.xiaonei.com ou http://www.wordku.com. Les internautes sont informés que ces sites sont inaccessibles pour "maintenance".

Pour voir la liste complète, cliquer ici: https://spreadsheets.google.com/pub?key=rcz-FpRKSsvyQUnLL1UMjcg&single=true&gid=0&output=html

Par ailleurs, les chaînes internationales, notamment la BBC, TV5 Monde et CNN, qui diffusaient des images des événements de juin 1989, ont été brutalement coupées en Chine. Des pages incluant des articles sur le sujet ont également été déchirés de journaux étrangers importés en Chine. Au moins une dizaine de dissidents ont été empêchés de sortir de chez eux ou d'entrer en contact avec des journalistes étrangers. L'ancien responsable communiste Bao Tong, sanctionné pour avoir sympathisé avec les étudiants, a été conduit par la police dans le sud du pays.

Reporters sans frontières a également participé, le 3 juin, à une commémoration sur le parvis des droits de l'Homme, en face de la Tour Eiffel.

Dernier Tweet :

Periodistas de América Latina reflexionaron en torno a los riesgos del ejercicio periodístico y la lucha contra la… https://t.co/RsJyAfLdX1