RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste qui avait couvert une affaire d'huile frelatée est poignardé à mort

Deux résidents chinois au chômage ont été arrêtés aujourd'hui, 21 septembre, en rapport avec le meurtre à l'arme blanche du journaliste de la télévision Li Xiang, qui était âgé de 30 ans. Alors que la police de la ville de Luoyang, province du Henan, au centre du pays, traite le meurtre comme une affaire de vol, les membres de l'IFEX pressent les autorités chinoises d'enquêter sur des liens possibles entre le meurtre du journaliste et ses reportages d'enquête.

Le dernier reportage paru sur le blogue de Xiang mettait à nu une compagnie qui aurait embouteillé des déchets toxiques d'huile de restaurant, appelée « huile de caniveau », et l'aurait revendue comme huile de cuisson, selon ce que rapportent la Fédération internationale des journalistes (FIJ), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF). Le journaliste a été poignardé à treize reprises, dit la police, tandis qu'il rentrait chez lui à l'aube. Son ordinateur portable, son appareil photo et son portefeuille ont été volés, d'après ce que rapporte le « New York Times ».

De plus, la FIJ rapporte que deux autres journalistes ont été agressés la semaine dernière par du personnel de sécurité à la compagnie Jinko Solar Holding Company tandis qu'ils faisaient un reportage sur les effets nocifs pour la santé provoqués par cette entreprise de fabrication de l'est de la Chine.

En dépit de plusieurs cas de journalistes agressés au travail, le gouvernement chinois refuse souvent de publier des informations sur ces affaires ou de permettre au public d'avoir accès aux procès des agresseurs dans ces types d'affaires, dit la FIJ.

RSF ajoute que les journalistes sont souvent emprisonnés à cause de leur pratique du journalisme qui consiste à débusquer des scandales relatifs à la santé et à la sécurité. Zhao Lianhai, qui a depuis été remis en liberté, a été incarcéré en 2008 après avoir créé un site web où il dénonçait la fabrication de lait pour bébé contaminé par une importante société chinoise.

En août, le CPJ rapportait également que les autorités avaient censuré des manifestations de protestation environnementale dans la province du Liaoning, lorsque des milliers de manifestants ont demandé la fermeture d'une usine de produits chimiques qui aurait pu être endommagée lors d'une tempête. En juillet, les autorités ont également censuré les nouvelles sur un accident de train à grande vitesse survenu dans la province de Zhejiang, accident qui a fait au moins 35 morts.

Dernier Tweet :

Two years ago, a Colombian court finally sentenced the first assailant in the case of journalist Jineth Bedoya. But… https://t.co/izUsIuI8Km