RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Liu Xiaobo

Même s'il était le prisonnier le plus célèbre de Chine, Liu Xiaobo est resté un homme « sans ennemis ». Le 13 juillet 2017, Liu est mort à la suite des complications du cancer de foie pendant qu'il était encore détenu par les autorités. Il avait 61 ans.

REUTERS/Handout

Message de la part de Liu Xiaobo envoyé clandestinement de la prison en décembre 2014 :

Je vais bien ici en prison, j'ai continuellement la possibilité de lire et de réfléchir ... Je suis devenu encore plus convaincu que je n’ai pas d'ennemis personnels .... J'espère que le monde pourrait accorder plus d'attention à d'autres victimes qui ne sont pas bien connues, ou ne sont pas connu du tout !

Liu Xiaobo, le plus célèbre dissident écrivain et militant de la Chine, est emprisonné depuis décembre 2008 en dépit du fait qu'il avait reçu le Prix Nobel de la Paix en 2010 et des appels persistants des leaders mondiaux pour sa libération. Condamné à une peine de 11 ans pour 'subversion contre le pouvoir de l'État', il semble peu probable qu'il soit libéré avant l'expiration de sa peine en décembre 2019.

Liu Xiaobo est un célèbre critique littéraire, activiste et auteur de plusieurs livres qui explorent et remettent en cause l'idéologie officielle de l'Etat. Après avoir terminé son doctorat vers la fin des années 1980, il avait entrepris plusieurs voyages d'études, y compris à l'Université Columbia, à l'Université de Hawaï et à l'Université d'Oslo. Il était retourné à Beijing au début de l'année 1989. Une figure de proue pendant les manifestations de la place Tiananmen, il avait rejoint les grévistes de la faim et avait exhorté les étudiants à maintenir une position non-violente, même en cas d'attaque de l'armée. Pour cela, il avait été étiqueté comme l'une des 'mains noires' (commanditaire) derrière les protestations. Il avait été arrêté et avait passé deux ans en prison. A sa libération, Il a continué son activisme pour lequel il a été placé, en 1995, sous un mandat de surveillance étroite de neuf mois et a passé trois autres années de 'rééducation par le travail' entre 1996 et 1999.

En 2008, Liu Xiaobo était l'un des principaux auteurs de la Charte 08, une pétition appelant à des réformes politiques et à la soumission de la Chine aux conventions internationales sur les droits humains. Publiée à l'occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies, cette pétition a été inspirée par le mouvement de la Charte 77 dans ce qui était à l'époque la Tchécoslovaquie. Plus de 350 journalistes, universitaires et activistes avaient signé la pétition. Le 8 décembre 2008, juste avant la sortie officielle de la Charte 08, Liu Xiaobo a été arrêté. Un an plus tard, le 23 décembre 2009, il a comparu devant un tribunal de Pékin pour 'incitation à la subversion contre le pouvoir de l'État'. Après seulement trois heures d'audience, il a été condamné à 11 ans de prison.

En décembre 2010, Liu Xiaobo a reçu le Prix Nobel de la paix « pour sa longue et non violente lutte pour les droits fondamentaux de l'homme en Chine ». Dans l'impossible d'assister à la cérémonie de remise du prix à Oslo, son absence a été représentée d'une manière poignante par une chaise vide et son message d'acceptation du prix a été lu par l'actrice Liv Ullmann. D'autres lauréats du Prix Nobel dans d'autres disciplines ont fait entendre leurs voix en sa faveur. Notamment, en décembre 2012, lorsque 134 lauréats ont publié un appel conjoint au président chinois Xi Jinping pour la libération de Liu. Durant la même période, l'archevêque Sud-africain Desmond Tutu a lancé une pétition qui a recueilli plus de 450 mille signatures à l'échelle mondiale.

C'est lorsqu'il était au camp de rééducation que Liu Xiaobo a rencontré son épouse, la poète Liu Xia. Elle était placée en résidence surveillée depuis octobre 2010 lorsque le prix Nobel de son mari a été annoncé. Elle n'a pas d'accès à l'Internet ou au téléphone et n'a que très peu de contacts avec des amis ou la famille, même si elle a pu bénéficier de quelques rares visites à son mari en prison.

Liu Xiaobo est un membre éminent de PEN International. Il a dirigé, de 2003 à 2007, son Centre PEN chinois Indépendant. L'organisation mène la campagne pour sa libération, mettant en scène des lectures et publiant ses propres écrits et ceux de son épouse Liu Xiao, aux côtés des plaidoyers diplomatiques et internationales constantes.

Sans doute, l'attribution du Prix Nobel aurait endurci les chinois dans leur position de ne pas céder aux pressions pour la libération de Liu. Lors d'une visite d'Etat au Royaume-Uni en octobre 2015, le président Xi a répondu à des questions sur les droits de l'homme en Chine: « La Chine attache une grande importance à la protection des droits humains », mais il a précisé que le gouvernement chinois considère les droits humains à travers son propre objectif : « Nous combinons les valeurs universelles des droits humains avec les réalités de la Chine et nous avons trouvé une partie du développement des droits humains adaptée aux conditions nationales de la Chine ».

Très peu d'informations ont été données par le gouvernement chinois pendant la détention de Liu Xiaobo.

Le 23 mai 2017, il lui a été diagnostiqué un cancer du foie en phase terminale. Un mois plus tard, il avait bénéficié d'une liberté conditionnelle pour des raisons médicales et avait été transféré de la prison de Jinzhou à l'Université médicale de Chine, premier hôpital affilié de la province de Liaoning.

Différents groupes et dirigeants du monde avaient immédiatement demandé à la Chine de permettre à Liu Xiaobo de quitter le pays pour des raisons humanitaires afin de pouvoir chercher à soigner son cancer.

Le 13 juillet 2017, Liu est décédé dans un hôpital de Shenyang à la suite des complications du cancer de foie pendant qu'il était encore détenu par les autorités. Il avait 61 ans.

Dernière mise à jour: 13 juillet 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Burundi must solve the case of journalist Jean Bigirimana, disappeared since July 2016 https://t.co/LCqGTlOwhJ… https://t.co/mcmNlYWZyp