RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La libre expression se détériore à cause de l'influence de la Chine, dit la HKJA

La liberté d'expression à Hong Kong continue de se détériorer parce que Beijing adopte un rôle « plus agressif » dans sa politique vis-à-vis de la région, indique l'Association des journalistes de Hong Kong (Hong Kong Journalists Association, HKJA) dans un nouveau rapport.

Hong Kong est rentré dans le giron chinois en 1997 avec un degré élevé d'autonomie selon le modèle dit « un pays, deux systèmes », ce qui lui a permis de conserver les libertés civiles - notamment la liberté d'expression - dont ne jouissent pas les Chinois de la Chine continentale.

« Il y a maintenant des signes croissants et troublants que l'élément “un pays” l'emporte sur les “deux systèmes” », dit la HKJA dans son rapport annuel sur la liberté d'expression. « Cela pourrait avoir des implications d'une portée considérable pour l'autonomie de Hong Kong et l'un de ses droits les plus fondamentaux - la liberté d'expression et la liberté de la presse », ajoute la HKJA.

Selon le document intitulé « Two Systems Compromised: Free Expression Under Threat in Hong Kong » [Le modèle des deux systèmes compromis : la liberté de la presse menacée à Hong Kong], Hong Kong fait des courbettes devant les dirigeants chinois, ce qui a eu pour résultat que la région interdit les visites des dissidents venus du continent, comme ce fut le cas du leader étudiant des manifestations de 1989, Wang Dan. Par ailleurs, la police du pays devient moins tolérante à l'égard des manifestants.

De plus, dit la HKJA, les journalistes de Hong Kong font face à des restrictions croissantes en matière de reportage, en particulier dans la couverture des manifestations de protestation. Encore la semaine dernière, un journaliste de la télévision figurait parmi les 200 personnes et plus arrêtées lors d'une marche antigouvernementale, rapporte l'AFP.

Tout cela a mené à des problèmes d'autocensure, les journalistes étant peu enclins à critiquer Beijing. Un sondage réalisé en avril 2011 par le Programme d'Opinion publique de l'Université de Hong Kong a constaté que 54 pour 100 des répondants croyaient que les médias pratiquent l'autocensure - un nombre record depuis la rétrocession de la colonie à la Chine en 1997, dit la HKJA.

La HKJA s'attend à ce que le nouveau gouvernement, qui devrait être choisi en mars 2012, adopte une « approche plus positive » vis-à-vis des questions entourant la libre expression, en promulguant par exemple une loi sur la liberté d'accès à l'information, et à ce qu'il résiste aux pressions pour faire adopter des lois sur la sécurité nationale.

Le groupe invite également la société Radio Télévision Hong Kong, actuellement ministère du gouvernement, à devenir une société indépendante.

Dernier Tweet :

Petition by Eric Gitari, Executive Director of NGLHRC, to Kenyan High Court, to strike down sections of the penal c… https://t.co/BWUczgJw1L