RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Jigme Gyatso, un "héros de l'information" tibétain, enfin libre

Front Line Defenders

Publie le 23 mai 2014.

Reporters sans frontières est extrêmement soulagée d'apprendre que Jigme Gyatso, moine tibétain porté disparu depuis près de deux ans, a pu rejoindre Dharamsala en Inde, le 19 mai 2014, sain et sauf. Co-réalisateur, aux côtés de Dhondup Wangchen, du documentaire filmé en secret "Surmonter la peur" (Leaving Fear Behind) en 2008, Jigme Gyatso n'avait plus donné de nouvelles depuis septembre 2012, lorsqu'il a été enlevé par les autorités chinoises.

"Apprendre qu'un héros de l'information dont on était sans nouvelles depuis deux ans est arrivé en Inde, est en sécurité et relativement en bonne santé est une excellente nouvelle", se réjouit Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. "Notre joie ne peut pas être entière car nous demeurons extrêmement inquiets pour Dhondup Wangchen , toujours emprisonné. Nous appelons les autorités chinoises à le libérer ainsi que tous ceux qui, comme lui, n'ont commis d'autre crime que celui de donner une voix à une population discriminée", ajoute-t-il.

Aucun détail sur les conditions de son évasion ni les deux ans depuis sa disparition n'ont encore été rendus officiels. Jigme Gyatso, par l'intermédiaire de l'organisation suisse "Filming for Tibet" et l'association Tibetan Center for Human Rights (TCHRD) à Dharamsala, a annoncé qu'il révélerait ces informations lors d'une conférence de presse qui se tiendra le 28 mai prochain à 11h à l'Hotel Tibet.

Contacté par Reporters sans frontières, Yeshe Choesang, rédacteur en chef du quotidien en ligne basé à Dharamsala Tibet post International a déclaré : « Je suis très heureux d'apprendre l'évasion de Jigme en Inde, un pays libre, où il peut désormais témoigner des souffrances des Tibétains en Chine sans craindre d'être arrêté, emprisonné ou de subir des mauvais traitements, y compris la torture".

Le film "Leaving Fear Behind" regroupe les témoignages de 108 Tibétains et a été projeté clandestinement à Pékin à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de 2008. Jigme Gyatso avait été aussitôt arrêté et condamné à sept mois de prison pendant lesquels il a été battu et torturé. Libéré en octobre 2008, il est à nouveau incarcéré arbitrairement par les autorités chinoises en 2012.

L'évasion de Jigme Gyatso intervient alors que de nouvelles mesures de restriction de l'information ont été annoncées par les autorités dans la préfecture de Golog (province du Qinghai). Selon un document officiel, tous les moines de la préfecture doivent signer un document les engageant à manifester leur soutien au Parti communiste chinois et adopter une attitude faisant preuve de ce soutien. Le document établit également que l'usage du téléphone et d'Internet par les moines afin d'envoyer des informations à l'extérieur de la région est rigoureusement interdit de même que d'"écouter des sources d'information extérieures". Ces derniers doivent également s'engager à ne pas quitter la région pendant les quatre prochaines années.

La Chine occupe la 175e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2014établi par Reporters sans frontières.

Signez les pétitions pour appeler à la libération de Dhondup Wangchen ici.

Plus d'informations sur la conférence de presse du 28 mai 2014 : [email protected]

Dernier Tweet :

Haven’t decided which sessions to attend at the #IGF2016? Our schedule of #FoE related sessions might help! https://t.co/Wpz668RyhH