RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La FIJ condamne le pillage d'un journal privé par des étudiants

(FIJ/IFEX) - Ci dessous, un communiqué de presse de la FIJ daté du 30 août:

La FIJ condamne le pillage d'un journal privé par des étudiants en Côte d?Ivoire

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd'hui la récente attaque d'un journal en Côte d'Ivoire par une cinquantaine de jeunes gens protestant contre la publication d'un article liant un groupe d'étudiant à un parti d'opposition.

"Nous appelons les autorités à conduire une enquête afin de traduire les responsables de ces actes devant la justice," a dit Gabriel Baglo, le Directeur du bureau Afrique de la FIJ. "C'est l'une des nombreuses récentes attaques contre les médias en Côte d'Ivoire et si le gouvernements ignore cette tentative d'intimidation de la presse, il ne va que donner plus de motivation à ce genre de violence et faire continuer l'intimidation."

Lundi matin, près de cinquante jeunes gens se réclamant membres de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) a mis à sac le siège du quotidien privé L'Intelligent d'Abidjan. Les journalistes et autres travailleurs du journal ont été rassemblés dans une cour arrière pendant que le groupe pillait les bureaux et volait appareil photo, compacts disques, enregistreur, dictionnaires, carte mémoire d'un ordinateur et autres matériels.

La police est arrivée sur les lieux et a négocié avec les assaillants jusqu'à obtenir leur départ des locaux du journal. Personne n'a été arrêté.

Les agresseurs étaient dirigés par Jean-Claude Koffi qui a dit être le Premier Secrétaire National Adjoint à l'Organisation de la FESCI. Koffi a dit que le groupe est venu protester contre le refus du journal de publier sa réponse à un article disant qu'un groupe d'étudiants a changé d'allié politique.

Le 14 août, L'Intelligent d'Abidjan a publié un article disant que les militants de la FESCI ont rejoint le parti de l'opposition l'Union pour la Démocratie et la Paix de Côte d'Ivoire. La FESCI a depuis longtemps été considérée dans le pays comme une organisation proche du parti au pouvoir, le Front Populaire Ivoirien.

Foungbé Valéry, Secrétaire Général de la rédaction de L'Intelligent d'Abidjan, a dit à la FIJ que son journal n'a pas publié le document parce que Koffi n'avait aucune preuve qu'il écrivait au nom de la FESCI.

Ce n'est pas la première fois que des jeunes gens se réclamant de la FESCI attaquent les médias.

Le 15 juillet 2006, des étudiants se réclamant membres de la FESCI ont attaqué les locaux de la télévision publique ivoirienne pour protester contre la diffusion de l'annonce par un syndicat d'enseignants du boycott des examens. Trois personnes ont été blessées dans cette attaque et le principal bâtiment de la station a été saccagé de même que des véhicules. Les agresseurs ont aussi volé la camera et le téléphone portable d'un cameraman de la station.

Personne n'a été à ce jour arrêté en rapport à cet acte.

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 114 pays.

Dernier Tweet :

Philippines: Speak truth to power, keep power in check https://t.co/3JnxMnJ4WY "... the paramount duty of a free pr… https://t.co/hXI00qT2Bs