RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF observe les médias jusqu'à l'élection présidentielle

(RSF/IFEX) - Alors que la campagne pour l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire a été officiellement lancée le 15 octobre 2010, Reporters sans frontières a commencé, ce même jour, le monitoring de la couverture de cette campagne par les médias publics et privés. Cette mission, mandatée par l'Union européenne, s'inscrit dans un projet de "Protection du pluralisme médiatique en période électorale".

Reporters sans frontières se réjouit de la cérémonie organisée par le Conseil national de la presse (CNP) pour effectuer le tirage au sort de l'ordre de passage des candidats à l'élection présidentielle dans l'organe public de presse écrite, "Fraternité Matin". Cette procédure, qui s'est déroulée de manière transparente, le 15 octobre, à Abidjan, est conforme au principe d'égal accès aux médias publics des candidats tel qu'il est énoncé dans la loi électorale.

L'organisation regrette en revanche que cette procédure de tirage au sort n'ait pas été appliquée par le Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA) pour déterminer l'ordre de passage des candidats à l'élection présidentielle dans l'émission spéciale "Face aux électeurs", qui sera diffusée quotidiennement sur la chaîne de télévision publique RTI à partir du 16 octobre.

Cette émission, programmée à une heure de très grande audience, permettra à chaque candidat de présenter pendant 90 minutes son programme électoral. Reporters sans frontières estime que les critères retenus par le CNCA - qui ont conduit à placer le président sortant Laurent Gbagbo en dernière position, soit la position la plus avantageuse - sont contestables et sèment le doute sur l'impartialité et la neutralité de cette institution et de la RTI.

Reporters sans frontières a constaté, un jour avant le début de la campagne, un incident qui, nous l'espérons, restera isolé.

Le 14 octobre, une équipe de la chaîne de télévision qatari Al-Jazeera, en mission à Abidjan pour couvrir l'élection présidentielle, a été interpellée par des agents de la Direction de la surveillance du territoire (DST). Suivis depuis leur hôtel, les journalistes ont été arrêtés et conduits dans les locaux de la DST, dans le quartier de Cocody, pour être interrogés par le commissaire Djé Bi, sous-directeur de la Sûreté. Ce dernier a exigé de visionner toutes leurs cassettes et de perquisitionner leur chambre d'hôtel. Les journalistes, dûment accrédités, ont refusé et ont été relâchés deux heures plus tard.

Le même jour, une cinquantaine d'hommes en armes des Eaux et Forêts appartenant aux Forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire ont empêché la tenue d'un débat au siège du quotidien "L'intelligent d'Abidjan", auquel devait participer l'opérateur économique Touré Ahmed Bouah, président-directeur général d'une société immobilière.

Mission

Reporters sans frontières mène, du 15 octobre à la clôture du scrutin présidentiel, une mission de monitoring des médias ivoiriens. Conduite depuis Abidjan par une équipe d'observateurs, cette mission a pour mandat de mesurer de manière quantitative et qualitative les temps d'antenne et de parole des différentes forces politiques en lice sur les antennes de la radio et de la télévision publiques, ainsi que l'espace consacré à ces forces politiques dans l'organe public de presse écrite, le quotidien "Fraternité Matin", et au sein de trois quotidiens privés, "Le Nouveau Réveil", "Le Patriote" et "Notre Voix". L'objectif de la mission est de veiller au respect des règles d'équité dans les médias publics, et d'équilibre dans les médias privés.

Méthodologie

Reporters sans frontières observe et mesure l'équilibre du temps d'antenne des candidats dans tous les programmes en français relatifs aux élections diffusés sur la chaîne de télévision publique RTI 1 et sur la radio publique Radio Côte d'Ivoire (RCI). Pour la presse écrite, l'organisation compare la surface occupée par chaque candidat et ses soutiens dans les pages du quotidien public, "Fraternité Matin", et de trois quotidiens privés "Le Nouveau Réveil", "Le Patriote" et "Notre Voix". Reporters sans frontières ajoute à cette observation quantitative une analyse qualitative par l'appréciation systématique du ton utilisé par les journalistes et les médias vis-à-vis de tous les candidats dans tous les temps d'antenne et de surface mesurés.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

YouTube video shows Ugandan police arresting broadcast journalist Richard Kasule alias Omugagga Kamagu at Top Radio… https://t.co/v0KGEIctJF