RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La mise en liberté provisoire refusée à deux journalistes

(MFWA/IFEX) - Ladji Aboubacar Sanogo et Kangbé Yayoro, deux reporters de la chaîne pro-Ouattara, Télévision Notre Patrie (TVNP), basée à Bouaké, la deuxième ville de la Côte d'Ivoire, ont été reconduits en prison le 24 février 2011 après que leur demande de mise en liberté provisoire a été rejetée par le Parquet dans une affaire d'activités terroristes présumées.

Sanogo et Kangbé sont inculpés d'"atteinte à la sûreté de l'État" pour le fait qu'ils travaillent à la TVNP des Forces Nouvelles, les troupes rebelles qui ont mené une rébellion contre le gouvernement Gbagbo au début des années 2000. Le procès devait commencer le 28 février.

La correspondante de la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) a rapporté que le Parquet d'Abidjan (Plateau) présidée par Mme. Guéhi Kointahin Nathalie a rejeté la demande de mise en liberté provisoire puisque les deux journalistes n'ont pas été entendus. La correspondante a affirmé que ceci a fait suite à l'introduction d'une demande de mise en liberté le 21 février par Coulibaly Brahima et Soro Idrissa, les avocats des prévenus.

Sanogo et Kangbé sont en détention depuis leur arrestation le 28 janvier par les forces de sécurité de l'Armée ivoirienne proches de Laurent Gbagbo. Après leur arrestation, ils ont subi des tortures à la base aérienne et ont été conduits au Siège de la Gendarmerie Nationale avant d'être transférés à la prison civile d'Abidjan (MACA) le 18 février.

Dernier Tweet :

#Bahrain Profiles in Persecution: Hasan Ateya Mubarak https://t.co/xwo8pQKcCG @ADHRB 38-year-old Bahraini citizen a… https://t.co/ffDyTD04nB