RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le Président s'engage à rouvrir l'enquête sur un reporter porté disparu

Huit ans après la disparition mystérieuse du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer à Abidjan, cette affaire pourrait bien bénéficier d'un second souffle grâce à la promesse que vient de faire le nouveau Président de la Côte d'Ivoire de créer une commission d'enquête spéciale, indique Reporters sans frontières (RSF).

RSF, qui était en mission à Abidjan avec l'épouse de Kieffer, Osange Silou-Kieffer, a rencontré le Président Alassane Ouattara le 17 avril, presque huit ans jour pour jour après que Kieffer eut été enlevé dans un centre commercial d'Abidjan.

Le Président a promis que personne ne serait au-dessus de la loi, et qu'une commission d'enquête spéciale serait mise sur pied. Il a ajouté que la justice ivoirienne coopérerait pleinement avec le juge français en charge de l'affraire.

Selon RSF, qui accompagne la famille depuis 2004 en tant que partie civile dans l'enquête judiciaire française sur la disparition de Kieffer, l'enquête n'avait réalisé aucun progrès avant sa mission.

« L'enquête ne progresse pas assez rapidement et les changements depuis l'an passé ne sont pas à la hauteur de nos espérances », dit RSF, faisant allusion au changement de gouvernement en avril dernier.

Kieffer, qui avait 54 ans au moment de sa disparition, se trouvait à Abidjan pour enquêter sur des transactions douteuses dans le secteur du cacao ivoirien, impliquant des hauts dignitaires du gouvernement. Il devait rencontrer Michel Legré, un parent de l'épouse de l'ancien Président ivoirien, Simone Gbagbo, sur le terrain de stationnement d'un centre commercial.

La famille de Kieffer maintient qu'il était visé par le gouvernement de Laurent Gbagbo à cause de ses reportages, et qu'il a passé après sa disparition deux jours dans une cellule du palais présidentiel. L'ancien gouvernement nie toute implication dans sa disparition.

Selon sa famille, des éléments de l'entourage de Gbagbo voulaient éliminer Kieffer après qu'il eut affirmé dans plusieurs de ses articles que des pots-de-vin provenant des exportations de cacao avaient servi à acheter des armes pour la guerre civile contre les rebelles du nord.

Osange et RSF ont également souligné l'anniversaire de son enlèvement lors d'une manifestation le 16 avril à 13 h dans le stationnement, au jour et à l'heure où il a été vu pour la dernière fois. Plus de 40 journalistes se sont joints à eux, et portaient au cou la reproduction de la carte de presse de Kieffer.

« Je suis très émue d'être ici aujourd'hui, à l'endroit même où mon mari a disparu, et de voir autant de personnes rassemblées pour m'appuyer », a déclaré Osange. « Je suis venue ici lui rendre hommage mais aussi et par-dessus tout pour dire que nous n'allons pas lâcher. Nous sommes déterminés à savoir ce qui s'est passé, à connaître la vérité. »

RSF rapporte qu'un squelette a été découvert plus tôt cette année dans une forêt de la Côte d'Ivoire, que beaucoup de gens croyaient être celui de Guy-André Kieffer, mais l'analyse de l'ADN a démontré que ce n'était pas le cas.

ADDITIONAL INFORMATION