RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des militaires occupent une station de radio communautaire à Luebo depuis un mois

(JED/IFEX) - Des militaires agissant sur ordre de M. Oscar Malongi, commissaire de district du Kasaï, ont investi, depuis le 17 mars 2007, les installations de la radio communautaire ODL (Organisation pour le développement de Luebo). Ils ont arrêté brutalement toutes les émissions et mis dehors tout le personnel trouvé sur place. Depuis un mois, ils occupent les lieux et en interdisent tout accès.

"Ils étaient venus vers 20h30 et ont procédé à la fermeture pure et simple de la radio. Je crains qu'ils aient tout pillé et saccagé notre matériel", a déclaré à Journaliste en danger (JED) un responsable de cette radio joint au téléphone, mercredi 18 avril 2007. Selon la même source, cette décision aurait été prise à l'issue d'une réunion locale de sécurité présidée par M. Malongi, qui reproche à la radio d'avoir diffusé des propos qualifiés d'outrageux et d'incitation à la haine tenus par M. Bafuafua Kalala, député provincial élu de Luebo, à l'endroit des autorités locales.

Joint à son tour au téléphone par JED, le député provincial Kalala a rejeté toutes ces accusations et dénoncé "le désordre qui règne à Luebo". "Si reproches il y a, c'est à moi qu'il faut s'en prendre et non à une radio qui est un don fait à la population. Pourquoi veux-t-on empêcher à un député de s'exprimer?", s'est-il interrogé. Il a ensuite expliqué qu'après avoir été entendu par la section locale de la Haute Autorité des Médias (HAM, instance de régulation des médias) et après audition des cassettes de ses déclarations, la HAM avait ordonné, depuis le 22 mars 2007, la réouverture de la radio ODL. Cette décision n'a pas été exécutée jusqu'à ce jour.

JED dénonce les méthodes d'un autre âge et indignes d'un Etat de droit utilisées par des autorités locales qui règnent en maîtres absolus dans cette partie de la RDC pour empêcher toute expression démocratique et museler des médias indépendants.

JED demande au gouvernement de M. Antoine Gizenga, par le truchement du Ministre de l'intérieur, de réagir à cette grave violation de la liberté de la presse et d'ordonner, toutes affaires cessantes, le départ des militaires et la réouverture de la radio ODL. Et si par malheur, le matériel de la radio a été détruit ou emporté, JED demande que le gouvernement puisse payer les dégâts ainsi causés par des représentants de la puissance publique sur un bien privé.

Dernier Tweet :

Balance semanal | Fallas eléctricas afectaron las transmisiones de emisoras de radio https://t.co/9ji1DAOsfU @ipysvenezuela #Venezuela