RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

JED SE DIT SECOUÉ DEVANT L'« ABSURDE » VERDICT QUI A CONCLU LE PROCÈS POUR LE MEURTRE D'UN REPORTER DES NATIONS UNIES

Journaliste en Danger (JED) et Reporters sans frontières (RSF) accusent les autorités congolaises d'avoir fait une farce de l'enquête et du procès qu'elles ont menés et qui ont condamné promptement quatre personnes à la peine de mort pour le meurtre d'un journaliste de l'ONU.

Un tribunal militaire de la République démocratique du Congo a, le 28 août, reconnu coupables deux soldats démobilisés après qu'ils eurent avoué avoir abattu le reporter Serge Maheshe, de la radio des Nations Unies, le 13 juin dans la ville orientale de Bukavu.

Serge Muhima et Alain Mulimbi, deux amis proches de Maheshe, qui se trouvaient avec lui au moment du meurtre, ont été trouvés coupables d'avoir organisé le meurtre commis par un tueur à gages. Six autres personnes ont été acquittées.

Le procès a été « truffé d'absurdités », dit RSF. « Jamais n'avions-nous imaginé que le tribunal militaire de Bukavu pousserait aussi loin l'incohérence et le déni de justice. »

Le procès s'est ouvert le lendemain du meurtre de Maheshe, ce qui a suscité les critiques des défenseurs des droits de la personne, selon qui on précipitait les choses.

D'après JED et RSF, les verdicts contre Muhima et Mulimbi s'appuient en grande partie sur le témoignage de deux anciens soldats qui ont affirmé avoir agi à la demande des deux amis de Maheshe en échange d'une promesse de 15 000 $ US chacun et d'un aller simple pour l'Afrique du Sud. Mais les déclarations des deux soldats manquaient de cohérence, on n'a pu établir de mobile pour ceux qui ont commandé le meurtre, et on n'a pas non plus produit la moindre preuve matérielle devant le tribunal, disent JED, RSF et la mission des Nations Unies au Congo. Le tribunal lui-même a fait remarquer que des doutes subsistaient.

Maheshe était chef des nouvelles à « Radio Okapi » de Bukavu, une station administrée par les Nations Unies dont le travail consiste à soutenir le processus de paix qui a suivi la guerre du Congo de 1998 à 2003. Peu avant d'être assassiné, Maheshe avait alerté des responsables des Nations Unies que des membres de la Garde Républicaine (l'ancienne Garde présidentielle) avaient menacé de le tuer. Selon RSF, les autorités n'ont produit aucune preuve que les deux soldats aient été interrogés.

Lorsque Maheshe, Muhima et Mulimbi ont quitté le domicile d'un ami à Bukavu le 13 juin, à bord de la voiture de Maheshe qui portait le logo de l'ONU, deux hommes en uniforme ont demandé son nom à Maheshe puis ont fait feu sur lui, l'atteignant aux jambes et à la poitrine.

Les procureurs de Muhima et de Mulimbi indiquent qu'ils s'apprêtent à interjeter appel. JED et RSF demandent pour leur part la réouverture du procès de Maheshe, et qu'on procède à une nouvelle audition devant un tribunal indépendant.

Les menaces et l'intimidation dirigées contre les journalistes sont fréquentes en RDC, qui a tenu l'an dernier ses premières élections libres en plus de quarante ans. Au moins quatre journalistes ont perdu la vie depuis 2005 dans le pays.

Patrick Kikuku, photojournaliste et reporter pigiste, a été assassiné ce mois-ci à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, aussi par des hommes armés en uniforme.

Par ailleurs, dans une autre affaire, trois individus soupçonnés du meurtre du journaliste Louis Bapuwa Mwamba ont été condamnés à mort le 24 août. Bapuwa Mwamba était correspondant de plusieurs journaux de Kinshasa. Il a été tué au cours d'une tentative de vol ratée survenue en juillet 2006 par trois hommes armés qui sont entrés chez lui par effraction.

Consulter les sites suivants :
- JED (en français) : http://tinyurl.com/3af378
- JED (an anglais) : http://www.ifex.org/en/content/view/full/85899
- JED, à propos de l'affaire Bapuwa Mwamba : http://tinyurl.com/2echyx
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=23449
- Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) : http://tinyurl.com/394qs8
- Reuters : http://tinyurl.com/3du5ah
(4 septembre 2007)

Dernier Tweet :

Today, more than 350 newspapers across the United States are reminding their readers why a free press matters so mu… https://t.co/opIvBMzv6L