RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une chaîne de radiotélévision privée victime d'une campagne de diffamation impliquant des partisans d'un Gouverneur provincial

(JED/IFEX) - La Radio Television Mwangaza (RTM), chaîne privée émettant à Lubumbashi, capitale de la province du Katanga (au sud est de la RD Congo), fait l'objet, depuis samedi 24 mai 2008, d'une campagne de dénigrement orchestrée par M. Honoré Kazadi Lukonde alias Ngube Ngube, présenté comme un partisan du Gouverneur de la province du Katanga, M. Moise Katumbi Chapwe.

Au cours d'une conférence de presse donnée samedi 24 mai 2008 au cercle privé Makutano à Lubumbashi, M. Kazadi Lukonde a vilipendé et accusé publiquement, à tort, la RTM d'être "un media de la haine qui véhicule le tribalisme et qui divise les Katangais". Cette conférence de presse pleine d'accusations et de diatribes est diffusée en boucles par principalement trois medias: La RTNC (Radiotélévision nationale congolaise, media public dont les principaux responsables travaillent officiellement au cabinet du gouverneur de la province, la RTN (Radio Télévision Nyota, propriété du Gouverneur de province) et la Radio Télévision Wantanshi (également très proche du gouverneur de province).

Selon la rédaction de la RTM que JED a pu joindre, lundi 26 mai, cette campagne de dénigrement serait liée à l'indépendance et au professionnalisme dont fait preuve ce media dans le traitement des informations. Plus précisément, le problème serait parti, entre autres, de la diffusion d'un reportage équilibré portant sur un projet controversé de construction d'une route reliant la ville congolaise de Kolwezi à celle zambienne de Solwezi par une société minière de la place. Le gouverneur de la province, qui est aussi actif dans l'exploitation minière, est opposé à ce projet alors que la population interrogée par la RTM dans le reportage salue et encourage cette initiative. Dans le reportage incriminé, la rédaction de la RTM affirme avoir donné la parole aux différentes opinions.

JED condamne cette campagne de dénigrement à l'endroit d'un média qui fait preuve de professionnalisme et appelle à son arrêt immédiat. Les accusations gratuites portées contre RTM sont des appels au meurtre intolérables. JED tiendra leurs initiateurs pour responsables si jamais il arrivait un malheur aux journalistes de la RTM. JED condamne également l'instrumentalisation de la station locale de la chaîne publique et rappelle que conformément à l'article 24 de la constitution et à la loi N° 96/002 du 22 juin portant sur les modalités de l'exercice de la liberté de la presse en RD Congo, la RTNC est un media public qui ne peut être au service d'un individu ou un groupe d'individus.

JED interpelle tous les journalistes des medias utilisés dans cette basse besogne en leur rappelant le devoir de solidarité et celui de défendre la liberté de la critique qui sont consacrés dans le code d'éthique et de déontologie des journalistes congolais.

Dernier Tweet :

Thailand: The Thai Journalists Association & Thai Broadcast Journalists Association criticized the order of a gover… https://t.co/UziQLZVxRF