RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

UN APPEL DANS UNE AFFAIRE DE MEURTRE EST ENTACHÉ PAR DES VIOLATIONS DES DROITS

Une cour d'appel militaire a condamné à mort trois personnes pour l'homicide d'un journaliste des Nations Unies en République démocratique du Congo, à l'issue d'un procès entaché de multiples « irrégularités », indiquent Journaliste en Danger (JED), d'autres membres de l'IFEX, des groupes de défense des droits et les Nations Unies.

Serge Maheshe, reporter à la station « Radio Okapi », soutenue par les Nations Unies, a été abattu en juin 2007 dans la ville de Bukavu, située à la frontière orientale du pays, dans la province agitée du Sud Kivu, au moment où, en compagnie de deux amis, il s'apprêtait à monter à bord d'un véhicule des Nations Unies.

Le 21 mai, le tribunal a condamné à mort les deux malfaiteurs armés reconnus coupables, de même qu'un troisième individu qui serait leur complice. Les deux amis de Maheshe et témoins oculaires du crime, Alain Mulimbi et Serge Muhima, d'abord inculpés de complot de meurtre à partir des déclarations des deux malfaiteurs armés détenus pendant 10 mois, ont été acquittés. La décision a été saluée par les membres de l'IFEX.

Mais le procès devant un tribunal militaire et les instances d'appel ont été entachées par la protection inadéquate des droits les plus fondamentaux des défendeurs à un procès juste et équitable, depuis la présomption d'innocence jusqu'au délai de préparation adéquat pour leurs avocats, disent JED et d'autres membres de l'IFEX, ainsi qu'une mission des Nations Unies en RDC et une coalition de 18 groupes congolais de défense des droits.

JED se dit « mécontent du résultat du procès, étant donné que celui-ci n'a pas établi ce qui s'était vraiment passé dans la nuit fatale du 13 juin. Le verdict est le résultat d'un procès mal géré fondé sur une enquête superficielle. »

« Il n'y a eu ni essais balistiques ni autopsie. Les procureurs de la défense et les observateurs indépendants ont reçu des menaces anonymes. Et certaines hypothèses ont été délibérément laissées de côté », déclarent JED et Reporters sans frontières (RSF) dans un communiqué de presse conjoint.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) souligne que la reprise du procès n'a pas pu déterminer de mobile clair pour ce crime, ni poursuivre les cerveaux. « Nous invitons les autorités congolaises à poursuivre l'affaire jusqu'au bout. Parmi les personnes arrêtées doivent se trouver celles qui ont ordonné l'assassinat, et pas simplement les individus accusés d'avoir commis le crime », dit le CPJ.

Human Rights Watch a également condamné le procès, soulignant qu'il disposait d'informations selon lesquelles les aveux avaient été obtenus sous la torture. Ont aussi circulé d'autres informations concernant des menaces de mort adressées à des journalistes, des observateurs et des avocats qui ont assisté au second procès.

Un premier procès, en août 2007, s'était conclu sur une déclaration de culpabilité contre quatre hommes, dont les deux compagnons de Maheshe. Même à l'époque, les membres de l'IFEX avaient jugé que le procès était une farce parce qu'il appuyait la culpabilité des prévenus sur l'incohérence de leurs déclarations, en l'absence de tout mobile et de toute preuve matérielle. Le tribunal lui-même a souligné que le doute persiste.

Les menaces et l'intimidation des journalistes sont monnaie courante en RDC, qui a tenu en 2006 ses premières élections libres en plus de quatre décennies. Au moins quatre journalistes ont été tués depuis 2005 dans le pays.

Les membres de l'IFEX demandent la réouverture du dossier Maheshe et son transfert à une cour civile et indépendante.

Consulter les sites suivants :
- JED : http://tinyurl.com/6c37yr
- JED (anglais) : http://www.ifex.org/en/content/view/full/93948/
- CPJ : http://tinyurl.com/4xnh7h
- Human Rights Watch : http://tinyurl.com/4eu6fv
- FIJ : http://tinyurl.com/3rwtdg
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=27128
- « Communiqué de l'IFEX » (4 septembre 2007) sur le premier procès :
http://www.ifex.org/fr/content/view/full/86096/
(27 mai 2008)

Dernier Tweet :

Thailand: The Thai Journalists Association & Thai Broadcast Journalists Association criticized the order of a gover… https://t.co/UziQLZVxRF