RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Descente dans les locaux d'une chaîne de télévision, son régisseur détenu suite à la diffusion d'une conférence de presse controversée

(JED/IFEX) - Journaliste en danger (JED) réitère son appel pressant pour la libération de Daudet Lukombo, régisseur d'antenne à la télévision Global TV, détenu au secret pendant 48 heures au cachot des services spéciaux de la police communément appelé "Kin Mazière", avant d'être transféré samedi 13 septembre 2008 vers 13h00 (heure locale) au cachot du parquet de grande instance de Kinshasa/Gombe.

Le 15 septembre en fin de matinée, Lukombo a été longuement entendu sur procès verbal par un magistrat qui l'a inculpé d'"incitation à la rébellion" pour avoir laissé diffuser la conférence de presse tenue le 10 septembre par le député Né Muanda Nsémi, Chef spirituel de la secte politico-religieuse Bundu Dia Kongo (BDK). Pour ce magistrat instructeur, "la diffusion de cette conférence de presse était contraire au code de déontologie des journalistes Congolais car elle contenait des propos haineux et des injures à l'endroit du Chef de l'Etat Joseph Kabila".

JED dénonce le caractère ridicule d'une telle accusation portée, non seulement contre un agent technique qui n'est ni de près ni de loin lié aux propos d'un homme politique connu, député de son état qui, lui, n'a jamais été inquiété pour ce faire; mais aussi viole le principe élémentaire de l'individualité de l'infraction.

Pour rappel, Daudet Lukombo, avait été enlevé en pleine nuit, le 12 septembre vers 1h00 du matin lorsque un groupe d'hommes armés en civil et d'autres en tenue de policier, ont fait irruption dans les installations de Global TV à Binza Pigeon.

Tout le matériel de diffusion de la chaîne, notamment des cameras, des micros, des tables de mixage, des câbles et des cassettes ont été emportés lors de cette expédition punitive. Depuis, le signal d'émission de cette chaîne de télévision a été également interrompu.

Cette attaque faisait suite à la diffusion sur leur chaîne, le 11 septembre, en page magazine, d'une conférence de presse tenue le 10 septembre par le député Né Muanda Nsémi, Chef spirituel de la secte politico-religieuse Bundu Dia Kongo (BDK). Dans ses déclarations, le chef spirituel du BDK qui siège sur les bancs de l'opposition à l'Assemblée Nationale, aurait accusé des membres du pouvoir à Kinshasa d'être à la base de la situation qui prévaut à l'Est de la République Démocratique du Congo où les forces armées de la RDC (FARDC) s'affrontent aux troupes insurgées de Laurent Nkunda au Nord Kivu.

Dernier Tweet :

Sujeto intenta apuñalar a periodista hondureño mientras transmitía en directo https://t.co/Xur1EwiDn1 @clibre… https://t.co/WLNC6WOutO