RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LES JOURNALISTES SONT CIBLÉS DANS DE RÉCENTS AFFRONTEMENTS

Les journalistes et autres civils sont délibérément ciblés par les forces rebelles et les milices soutenues par le gouvernement dans l'est de la République démocratique du Congo, rapportent Journaliste en Danger (JED), Human Rights Watch et d'autres groupes membres de l'IFEX.

Les 4 et 5 novembre, les forces du dirigeant rebelle Laurent Nkunda ont affronté les Mai Mai, la milice locale soutenue par le gouvernement, pour prendre le contrôle de Kiwanja, dans la province du Nord-Kivu, tuant au moins 20 civils coincés dans la zone de conflit.

Le 4 novembre, le journaliste belge Thomas Scheen, correspondant africain du journal allemand « Frankfurter Allgemeine Zeitung », et son interprète Charles Ntiricya et leur chauffeur Roger Bangue, ont été enlevés par les forces Mai Mai à Kinwanja. Ils ont été relâchés trois jours plus tard.

Alfred Munyamaliza Bitwahiki Njonjo, journaliste et présentateur à la station « Radio Communautaire Ushikira (RACOU) », dont la mort avait été annoncée à la suite des affrontements, est en fait bien vivant. Dans une conversation téléphonique avec JED, Njonjo et le rédacteur en chef de la station RACOU, Faustin Tawite, ont déclaré que, craignant pour leur vie, ils s'étaient réfugiés le 7 novembre dans un camp de la MONUC, la Mission des Nations Unies.

Mais la RACOU, seule station de radio à Kiwanja, a été saccagée par les forces de Nkunda, dit JED, tandis que le domicile de Njonjo était incendié par les milices Mai Mai. La station diffusait des communiqués du gouvernement et des entrevues avec de hauts responsables portant sur la situation de la sécurité. Quatre autres stations situées dans la zone de guerre ont pris la précaution de fermer leurs portes, par crainte du pillage, rapporte le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

« Le conflit en République démocratique du Congo fait de nombreuses victimes civiles », déclare la Fédération internationale des journalistes (FIJ). « Aujourd'hui, les journalistes qui tentent de couvrir cette guerre se trouvent agressés tragiquement. »

D'après les Nations Unies, plus de 100 civils ont été tués, 150 blessés et 250 000 autres déplacés depuis que les rebelles ont commencé leur offensive à la fin août, gonflant ainsi le flot des réfugiés, dont le nombre atteignait déjà le million. Les récents combats ont entravé gravement les efforts pour porter secours aux populations. Des dizaines de milliers de personnes déplacées se trouvent dans des camps situés au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, tandis que beaucoup d'autres ont toujours un urgent besoin de nourriture, d'eau potable, de soins médicaux et d'abris.

Nkunda prétend combattre pour protéger sa communauté tutsie des attaques lancées par les rebelles hutus du Rwanda, qui se sont enfuis en République démocratique du Congo après le génocide de 1994 au Rwanda. D'après le CPJ, des groupes se battent aussi pour pouvoir tirer profit des riches gisements miniers de la région.

Ces dernières semaines, les forces de Nkunda ont pris une série de villes et de villages près de Goma. Les soldats gouvernementaux ont pillé des maisons et volé des véhicules d'agences humanitaires avant de fuir. L'ONU rapporte en outre que des femmes ont été violées pendant le pillage.

JED, Human Rights Watch et au moins 10 autres organisations des droits de la personne et agences humanitaires demandent aux gouvernements de répondre à leur appel urgent d'envoyer davantage de renforts et de troupes de maintien de la paix à la MONUC, qui s'est avérée incapable de mettre fin aux abus contre les civils.

Consulter les sites suivants :
- JED : http://www.ifex.org/fr/content/view/full/98363
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=29205
- CPJ : http://tinyurl.com/5t7vrg
- Human Rights Watch : http://tinyurl.com/6jeukq
- BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7722069.stm
(12 novembre 2008)

Dernier Tweet :

IFJ welcomes release of Uzbek journalist Ali Feruz in Russia https://t.co/Ht9IbLKkkv @SEENPM_org @pen_int… https://t.co/C0kZ9gjG3f