RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le journaliste Tuver Wundi Muhindo menacé de mort à son domicile

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières a adressé une lettre, le 14 avril 2009, au gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, pour lui exprimer sa très vive inquiétude suite à l'agression subie deux jours auparavant, à Goma, par le journaliste Tuver Wundi Muhindo.

"Nous vous demandons de bien vouloir vous assurer que la sécurité du journaliste et de sa famille est garantie, et qu'une enquête sérieuse permettra de retrouver tous les coupables et leurs commanditaires. En démontrant que le respect de la liberté de la presse fait partie de vos priorités, vous découragerez ceux qui pourraient être tentés par ce type de comportement criminel et prouverez que rien ne reste impuni dans la province que vous gouvernez", a écrit Reporters sans frontières.

Le 12 avril, vers 20h00 (heure locale), Tuver Wundi Muhindo, journaliste à la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), a été agressé à Goma par quatre hommes armés ayant fait irruption à son domicile. Après avoir neutralisé toute la famille, les agresseurs, qui s'exprimaient en swahili, se sont rendus dans la pièce où se trouvait le journaliste. Pendant une trentaine de minutes, ils l'ont tenu au bout de leurs armes et l'ont menacé de le tuer. Ils sont repartis avec de l'argent, du matériel professionnel et des objets de valeur lui appartenant.

Selon le journaliste, également correspondant de Journaliste en danger (JED), organisation partenaire de Reporters sans frontières en RDC, ses assaillants ont menacé de violer sa femme sous ses yeux et ont déclaré vouloir le tuer parce qu'il était devenu "le journaliste le plus friqué de Goma".

Encore sous le choc, Tuver Wundi a déclaré à JED et à Reporters sans frontières qu'il avait "survécu par miracle". Le 13 avril au matin, il a saisi les autorités judiciaires et militaires de Goma.

Une enquête a été ouverte et deux suspects ont été arrêtés par la police. On ne sait toujours pas s'ils faisaient partie du groupe des agresseurs.

Dernier Tweet :

Malaysia: Repeal of Anti-Fake News Act must be followed by broader reforms https://t.co/5RvDjPffuC @article19orgis… https://t.co/oQKuqyc22j