RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une station privée de télévision scellée et son signal coupé après avoir été incriminée par les autorités

(JED/IFEX) - Kinshasa, le 6 mai 2011 - Radio Télé Kin Malebo (RTKM), une station privée émettant à Kinshasa, capitale de la RDC, et propriété de M. Aubin Ngongo Luwowo, actuellement sénateur et ancien ministre de l'Information sous le régime Mobutu, a vu ses bureaux être scellés et son signal d'émission coupé, vendredi 6 mai 2011 vers 14 heures, par les agents de la Direction Générale des Impôts (DGI) pour non "paiement de fisc". La DGI réclame à RTKM la somme de 76,5 millions de Franc Congolais, soit près de 850 000 $US, pour non paiement d'impôts sur le chiffre d'affaires et sur les salaires de ses employés.

Selon les informations parvenues à Journaliste en danger (JED), RTKM est confrontée, depuis 2000, à plusieurs difficultés financières entravant son bon fonctionnement, suite à la mesure de sa "nationalisation" qui en avait fait la troisième chaîne de télévision publique "RTNC3".

On rappelle qu'à l'avènement du nouveau pouvoir après la chute du régime Mobutu, le ministre de l'information de l'époque avait décidé de placer ce média sous la tutelle de son ministère sous prétexte que le matériel de cet organe de presse avait été acheté avec l'argent du trésor public. "Depuis cette expropriation, nous ne percevons aucune publicité, et nous fonctionnons de fait", a expliqué à JED un responsable de la chaîne.

Le scellé de RTKM est intervenu deux semaines seulement après la suspension de l'une de ses émissions intitulée "Loba Toyeba" (ce qui signifie "Parle que l'on sache") par la Haute Autorité des Médias (HAM), organe de régulation des médias, qui l'accusait de "manquements à l'éthique et à la déontologie". Dans une lettre adressée à la HAM, JED avait considéré que cette décision était arbitraire et non motivée.

JED, qui s'insurge contre la fermeture d'un média en cette période préélectorale, demande au Gouvernement dont dépend l'administration fiscale de prouver sa bonne foi en ordonnant la réouverture de cette chaîne et en proposant un échéancier raisonnable de paiement à son propriétaire.

Dernier Tweet :

Report cites lack of progress in improving free expression in Burma https://t.co/riika0Cik7 The government has rest… https://t.co/j4MRn0bhmd