RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Quatre journalistes victimes de violences policières lors d'une manifestation de l'opposition

(JED/IFEX) - le 2 septembre 2011 - Journaliste en danger (JED) s'inquiète profondément des violences physiques dont ont été l'objet, jeudi 1er septembre 2011, John Bompengo, Daudet Nzumbu, Papy Mulala et Bienvenu Kabamba, respectivement journaliste à Radio Okapi (radio onusienne), et caméramen à CCTV (Canal Congo Télévision), à CKTV (Canal Kin Télévision) et à CNTV (Canal Numérique Télévision), chaînes de télévision privées proches de l'opposition, émettant à Kinshasa, capitale de la RDC, lors d'une manifestation organisée par l'UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social, parti de l'opposition).

Selon les recoupements effectués par JED, ces professionnels des médias ont été agressés et passés à tabac par des éléments de la police nationale congolaise et par des individus en tenue civile qui tentaient une contre manifestation. Leurs matériels de travail, notamment des caméras et des bandes cassettes, ont été confisqués.

Ces professionnels des médias étaient pris à partie au moment où ils effectuaient leurs reportages sur la marche de protestation des militants de l'UDPS réclamant à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) la transparence dans la gestion du fichier électoral.

Contacté par JED, Daudet Nzumbu a déclaré qu'il s'était sorti de ces échauffourées, qui ont opposé les agents de la police aux manifestants, avec une figure tuméfiée. "Ma caméra a été emportée malgré ma résistance", a ajouté Nzumbu.

Bienvenu Kabamba a, quant à lui, déclaré que ce sont les jeunes sportifs qui s'étaient violemment attaqué à lui en réussissant à ravir sa caméra après la dispersion de la marche par les agents de l'ordre. "Ils m'ont dit clairement qu'ils sont [membres] du PPRD (Ndlr : Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement, parti au pouvoir) et qu'ils sont en quête des journalistes qui travaillent dans les chaînes proches de l'opposition. Je connais un de mes agresseurs qui est un des membres influents de cette ligue de jeunes", a témoigné Kabamba.

Tout en condamnant vigoureusement ces actes de violences, JED demande instamment aux autorités de la police d'instruire les éléments de la police à faire la distinction entre les manifestants et les professionnels des médias et à respecter le travail de la presse lors des manifestations.

Dernier Tweet :

UN Women Ethiopian representative calls on African Journalists to Increase Focus on Women’s Issues at opening of 4… https://t.co/BUrxUtwXns