RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'IFEX en appelle au Président pour qu'il agisse contre les menaces faites à l'organisation membre de l'IFEX Journaliste en danger

Le Président de la R.D.C., Joseph Kabila, ci-dessus, dont certains partisans ont attaqué verbalement et physiquement des journalistes à l’approche des élections de novembre
Le Président de la R.D.C., Joseph Kabila, ci-dessus, dont certains partisans ont attaqué verbalement et physiquement des journalistes à l’approche des élections de novembre

Reuters

L'IFEX tire la sonnette d'alarme pour le Président Joseph Kabila de la République démocratique du Congo à propos de la sécurité du personnel du groupe Journaliste en danger (JED), l'organisation de son pays membre de l'IFEX. À la fin du mois dernier, Donat M'Baya Tshimanga, président de JED, et le secrétaire-général Tshivis Tshivuadi, ont reçu des menaces de mort dans un courriel provenant de quelqu'un qui semble être un partisan du parti au pouvoir, les prévenant qu'ils devraient se préparer à la « bataille finale ». L'intimidation est un signe des choses à venir d'ici les élections présidentielles du 28 novembre, dit l'IFEX.

Les menaces sont venues après que les journalistes eurent organisé une marche sur le parlement pour protester contre le traitement présumé d'un collègue journaliste par un membre du parti de Kabila.

D'après Reporters sans frontières (RSF), le courriel se lisait comme suit :


Monsieurs Mbaya et Tshivuadi,

Nous sommes au courant que vous êtes payés pour salir [la réputation de] notre pays auprès de nos partenaires. Bientôt vous allez payer pour cela. Vous et vos familles.

Vous ne perdez rien à attendre;

Vous détruisez également les carrières des hommes politiques du pouvoir.
Nous savons que vous touchez de l'argent de l'opposition pour combattre le régime.

Vous avez touché 50 mille dollars pour combattre le jeune député Kisombe.
Tenez-vous prêt pour la bataille finale.
A bon entendeur . . . "


Il n'y a aucune preuve à l'appui des prétentions contenues dans le courriel qui vise JED.

L'IFEX invite Kabila à protéger le personnel de JED et les journalistes. « Comme nous sommes persuadés que vous le savez, Monsieur le Président, le rôle des médias qui consiste à rapporter les activités des officiels élus du gouvernement doit être protégé et constitue une indication de l'état de santé de toute société démocratique. Au moment où le pays s'apprête à tenir des élections générales, nous vous prions instamment de vous assurer que JED est en mesure de travailler librement et sans être harcelé ni persécuté dans l'exercice de son rôle crucial », dit l'IFEX dans sa lettre.

Les menaces s'inscrivent dans une « augmentation notable » du nombre des attaques contre les médias et la société civile à l'approche des élections de novembre, dit JED.

Le 6 septembre, les locaux d'une station de télévision privée de Kinshasa, la capitale, ont été incendiés et détruits, selon ce que rapportent JED et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Des hommes ont été aperçus aux petites heures du matin en train de lancer des gaz lacrymogènes, des cocktails Molotov et des grenades dans les studios de Radio Lisanga Télévision. Deux employés ont réussi à s'échapper après s'être hissés sur le toit.

La station est connue pour diffuser des émissions favorables à Étienne Tshisekedi, le dirigeant de l'opposition, et des témoins affirment que l'un des assaillants est membre de la ligue des jeunes du parti au pouvoir de Kabila, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie.

L'attentat faisait suite au saccage du quartier général du parti, que les partisans de Kabila imputent aux membres de l'Union pour la démocratie et le progrès social, le parti de Tshisekedi.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Dangerous: leader of South Africa's EFF, Julius Malema slates the media, names 7 prominent journalist that he says… https://t.co/sMw7FWZJyW