RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un caméraman pris pour cible lors d'une manifestation de l'opposition dispersée par la police

(JED/IFEX) - Journaliste en danger (JED) exprime ses très vives inquiétudes à la suite d'une énième agression de journaliste lors d'une manifestation de l'opposition dispersée par la police, jeudi 29 septembre 2011 à Kinshasa. John Kinkendu, cameraman travaillant pour le compte de la chaîne française France Télévisions (AITV), a été copieusement passé à tabac et sa caméra arrachée par des jeunes de la Ligue du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD, parti présidentiel), qui tentaient de contrer la marche de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) dont le candidat, Etienne Tshisekedi, s'apprête à affronter le président Kabila aux élections prévues pour le 28 novembre 2011. L'UDPS exige d'avoir accès au serveur central de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour s'assurer de la fiabilité du fichier électoral.

Interrogé par JED, Kinkendu a déclaré qu'après la dispersion de la marche par les éléments de la police nationale congolaise, il a été pourchassé dans une parcelle environnante par les jeunes de la ligue du PPRD qui s'étaient jetés sur lui en le tabassant copieusement avant de confisquer tout son matériel de travail. "Joint au téléphone, l'attachée de presse de cette ligue a témoigné à Mme Francine Mokoko (ndlr : correspondante permanente de AITV à Kinshasa) que Me Chaleur (ndlr : un des dirigeants de la ligue) lui a confirmé que la caméra confisquée se trouvait à leur siège", a déclaré Kinkendu avant d'ajouter qu'ils se sont, par la suite, rendus à ce siège où ils ont trouvé la caméra complètement endommagée.

Pour JED, le récit de cette agression laisse bien voir qu'il ne s'agit pas d'un incident isolé mais d'une action ciblée visant le journaliste pour ce qu'il est et à cause de son travail. Raison pour laquelle JED condamne fermement cet acte ignoble d'intolérance politique.

JED demande instamment aux responsables du parti présidentiel d'instruire leurs militants de cesser une fois pour toute de s'attaquer aux journalistes et de déclarer ouvertement leur engagement en faveur du respect de la presse.

Pour rappel, jeudi 1er septembre 2011, lors d'une autre manifestation organisée par l'UDPS, quatre professionnels de média, notamment John Bompengo (Radio Okapi), Daudet Nzumbu (Canal Congo télévision), Papy Mulala (Canal Kin télévision) et Bienvenu Kabamba (canal Numérique Télévision) avaient été agressés, et leurs matériels de travail arrachés par les jeunes de la même Ligue.

Dernier Tweet :

Ante el contexto violento que vive #Ecuador, @FUNDAMEDIOS junto a varios periodistas y organizaciones de la socieda… https://t.co/80C4Ln2o1K