RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

JED dénonce la coupure injustifiée du signal d'une chaîne de télévision pro opposition

(JED/IFEX) - Kinshasa, le 1er décembre 2011 - Journaliste en danger (JED) est désagréablement surprise par la coupure injustifiée du signal de Canal Futur Télévision (CF TV), une chaîne proche de l'opposition appartenant à M. Vital Kamerhe, ancien cadre du parti présidentiel, passé à l'opposition depuis sa démission forcée du poste du président de l'Assemblée nationale. Kamerhe est également un des candidats à la présidentielle qui a affronté le président sortant Joseph Kabila, lundi 28 novembre 2011.

JED exprime son étonnement face au silence complice du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et de la Communication (CSAC), organe de régulation des médias, qui plane jusqu'à ce jour autour de ce dossier. La coupure brusque et injustifiée du signal de ce média n'est qu'un signe révélateur de l'intolérance politique qui émaille la période électorale.

Selon les témoignages recueillis par JED, CF TV a vu son signal coupé brusquement, lundi 28 novembre 2011 vers 21 heures locales, sans que ni le CSAC, ni le ministère de la Communication et des Médias ne revendique cet acte.

La coupure du signal était intervenue pendant que CF TV diffusait une émission intitulée "Spéciale soirée électorale", dénonçant les irrégularités constatées dans les différents bureaux de vote lors du double scrutin, présidentiel et législatif, et donnant les résultats de vote affichés dans un bureau de vote de Kinshasa.

Interrogé par JED, M. Giscard Kusema, directeur de CF TV, a déclaré qu'il avait reçu, le matin du même jour, un appel téléphonique du président du CSAC qui lui a intimé l'ordre d'arrêter une émission qui montrait la population en train de voter sous la pluie, des témoins évacués d'un bureau à cause de son exigüité et d'autres électeurs omis sur les listes de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

"Nous ne sommes pas l'unique chaîne de télévision à dénoncer les irrégularités constatées dans les bureaux de vote et à donner les résultats de vote affichés dans lesdits bureaux. Il y a également des chaînes des télévisions proches de la majorité présidentielle qui en donnent sans être inquiétées par qui que ce soit. Nous ne savons pas qui nous a coupé le signal. Nous avons officiellement saisi le CSAC et 48 heures après on n'a pas encore reçu une quelconque notification du CSAC. Aucune instance officielle ne nous a saisi pour un quelconque manquement susceptible de nous provoquer pareil désagrément. Cette situation nous parait floue", a-t-il ajouté.

Dernier Tweet :

Joint statement from Adil Soz and 25 other IFEX member organizations - "False information" laws must not be used to… https://t.co/acDp4MXOiQ