RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

JED condamne l'attaque d'une télévision proche de l'opposition et appelle à une enquête

(JED/IFEX) - Le 5 janvier 2012 - Journaliste en danger (JED) est profondément exaspérée par l'attaque dont a été victime une chaîne de télévision proche de l'opposition à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu (Est de la RDC). Cette attaque vient allonger la liste des médias proches de l'opposition réduits au silence à Kinshasa et dans les provinces depuis le double scrutin, présidentiel et législatif, du 28 novembre 2011.

Selon les informations recueillies par JED, Canal Futur Télévision (CFTV), antenne de Goma, et appartenant à M. Vital Kamerhe, ancien cadre du parti présidentiel, passé à l'opposition depuis sa démission forcée au poste du président de l'Assemblée nationale et l'un des candidats malheureux à la présidentielle du 28 novembre 2011, a été attaquée, dans la nuit du 3 au 4 janvier 2012, par des inconnus qui ont emporté tout le matériel composé de six caméras portables, quatre lecteurs DVD, un mixeur vidéo professionnel, etc. L'émetteur ainsi que d'autres dossiers n'ont pas été emportés.

Contacté par JED, Lwarhiba Metre, directeur de CFTV, a déclaré qu'ils ont quitté la chaîne à 23 heures locales après avoir diffusé une information ayant trait à l'agression dont a été victime M. Léon Kengo, président du Senat et l'un des candidats malheureux à la présidentielle, à Paris, en France. « Dans notre dernière édition du journal, nous avons dit que le PPRD (Ndlr : Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, parti présidentiel) est entrain de récupérer l'agression dont a été victime M. Léon Kengo en accusant les supporters de l'UDPS (Ndlr : Union pour la Démocratie et le Progrès Social, principal parti d'opposition) d'en être des auteurs », a-t-il déclaré. Les assaillants ont cassé une fenêtre avant de s'introduire dans les installations de Canal Futur TV, situé à quelques encablures d'un poste de la police.

Pour rappel, Canal Futur TV, antenne de Kinshasa, capitale de la RDC, a été interdite d'émettre, depuis le 28 novembre 2011, par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de la Communication (CSAC) pour avoir diffusé « des propos comportant des accusations sans preuves contre un adversaire politique ». Cette chaîne reste fermée au-delà du délai de sa suspension.

JED demande aux autorités provinciales d'ouvrir une enquête immédiate pour tirer au clair cette affaire.

Dernier Tweet :

Valentine's Week gift for African continent in the shape of ECOWAS Court landmark judgement directing Gambia to ame… https://t.co/QklKfWFPSR