RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RDC: Un journaliste est détenu et accusé de vouloir saboter l'arrivée du président

La garde présidentielle sous une affiche de campagne du président Joseph Kabila, 26 novembre 2011.
La garde présidentielle sous une affiche de campagne du président Joseph Kabila, 26 novembre 2011.

AP Photo/Jerome Delay

Journaliste en danger (JED) s'insurge contre la détention, depuis 72 heures, d'un journaliste à la prison centrale de Rutshuru, territoire situé à 70 Km de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu à l'Est de la RDC.

Selon les informations parvenues à JED, Roger Sebyera, correspondant à Rutshuru de Walikale-Radio, a été arrêté, samedi 30 novembre 2013 vers 9 heures, par des agents de l'Agence Nationale des Renseignements (ANR) qui l'ont directement acheminé à la prison où il est encore détenu. II est reproché au journaliste d'avoir affiché une attitude suspecte lors de son reportage sur l'arrivée du Chef de l'État Joseph Kabila à Rutshuru.

Vendredi 29 Novembre 2013, la population locale attendait le Président de la République au stade de Rutshuru où il devait tenir un meeting. Le journaliste Roger Sebyera qui travaillait pour le compte de Walikale-Radio, était en communication avec sa radio auprès de laquelle il sollicitait du crédit –téléphone pour bien réaliser son reportage. À côté de lui, il y avait deux agents de l'Agence Nationale de Renseignements (ANR) qui l'ont soupçonné d'être un éclaireur malveillant qui voulait saboter l'arrivée du Chef de l'État dans le territoire de Rutshuru. Sur-le-champ, les deux éléments de l'ANR lui ont ravi son téléphone et la somme de cinq dollars qu'il avait. Connaissant bien le visage de ces ravisseurs, le journaliste s'est rendu le samedi 30 Novembre 2013 au bureau de l'ANR/Rutshuru pour réclamer son téléphone et son argent.

"C'est dans les bureaux de l'ANR que Roger a été arrêté, puis acheminé à la prison centrale de Rutshuru," a déclaré à JED M. Musa Bula Sima, Rédacteur en chef de Walikale-Radio qui s'est dit inquiet de l'arrestation injustifiée de leur correspondant qui était à son lieu de reportage pour couvrir l'arrivée du Chef de l'État.

Contactée par JED, madame Rubuma, administrateur du territoire- adjoint a dit n'avoir aucune information concernant l'arrestation d'un journaliste.

JED condamne énergiquement cette entrave au travail des journalistes par des agents zélés et exige sa libération immédiate et sans conditions.

Dernier Tweet :

Tenemos un nuevo perfil sobre Máxima Acuña de Chaupe https://t.co/r4sdCbufht #Perú