RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Statistiques inquiétantes pour la liberté de la presse: RSF s'étonne du silence des autorités

(RSF/IFEX) - RSF a pris connaissance avec inquiétude des statistiques du Syndicat national des travailleurs de la presse (Sindicato Nacional de Trabajadores de la Prensa, SNTP) concernant les intimidations, menaces de mort et abus judiciaires dont ont souffert les journalistes dominicains depuis le début de l'année 2008. Ces chiffres, détaillés dans l'édition du 5 octobre 2008 du quotidien national "El Nuevo Diario" confirment malheureusement une recrudescence des violences envers les médias que l'organisation a pu constater par elle-même. Au total, selon le SNTP, 32 journalistes ont été les cibles d'agressions et de menaces, quand 21 autres ont fait l'objet d'une procédure judiciaire. Plus de la moitié des cas concernent le territoire du District national et de la province de l'est de Saint-Domingue.

"Le narcotrafic, la corruption ou les conflits d'intérêts entre les différentes activités d'une personnalité publique sont autant de promesses de représailles pour les professionnels des médias qui osent les dénoncer. La justice ne met pas autant de célérité à condamner les agresseurs d'un journaliste qu'à convoquer un éditorialiste ou un directeur de programme en délicatesse avec les autorités. Nous appelons donc le pouvoir politique et l'autorité judiciaire à tirer au plus vite les enseignements de cette situation, et à l'infléchir, en ouvrant des pourparlers avec le SNTP et le Collège dominicain des journalistes (Colegio Dominicano de Periodistas, CDP)", a déclaré RSF.

Le SNTP souligne ainsi que l'assassinat de Normando García, cameraman et producteur de la chaîne privée régionale Teleunión, le 7 août à Santiago de los Caballeros reste en attente d'élucidation. Si son mobile reste à déterminer, ce drame a encore alourdi un bilan qui fait apparaître, d'une part une précarité persistante de la sécurité des journalistes, d'autre part un climat de tension toujours aussi vif entre la presse et les autorités.

Parmi les journalistes en butte à des procédures judiciaires, Alicia Ortega, productrice de la chaine privée nationale SIN Canal 7, avait dénoncé une affaire d'escroquerie mettant en cause l'entreprise WM Comercializadora Interamericana. La justice a finalement déclaré irrecevable, le 26 septembre 2008, la plainte pour "injure", "diffamation" et "atteinte à l'honneur" engagée par cette dernière contre la journaliste, dont les bureaux ont été la cible d'un attentat. Néanmoins, la mobilisation de la presse en faveur de la consoeur a favorisé ce dénouement.

Journalistes et citoyens ont eu à pétitionner face à l'inertie judiciaire qui a suivi l'agression du journaliste et écrivain indépendant Vianco Martínez, le 23 août dernier, par deux gardes du corps de Saymon Díaz, un industriel du spectacle. Les représentants de la profession ont également dû intervenir face à la multiplication des poursuites engagées par le ministre du Tourisme - et entrepreneur du même secteur - Félix Jiménez, entre autres contre Manuel Quiterio Cedeño, éditorialiste du quotidien national "El Caribe". Ces poursuites judiciaires ont souvent été précédées de menaces de mort ou d'agressions, comme dans le cas de Manuel Antonio Vega, correspondant du quotidien "Listín Diario" et producteur d'émissions de télévision et de radio à Hato Mayor (Est), dont un député et l'épouse d'un magistrat veulent aujourd'hui obtenir la comparution.

Au chapitre des menaces les plus graves, RSF demeure vigilante concernant le sort de Carlos Corporán, directeur du programme "El Sensor de la Tarde", de la station Sur 91.9 et correspondant du quotidien "El Nuevo Diario" à San Cristobal (Sud). Le 30 septembre dernier, le haut-commissaire aux droits de l'homme Domingo Porfirio Rojas Nina avait dénoncé l'existence d'un plan d'attentat contre le journaliste, après des révélations sur une affaire de narcotrafic susceptible de mettre en cause la magistrature locale. Carlos Corporán bénéficie actuellement d'une protection policière, mais l'enquête sur l'origine des menaces n'a guère progressé.

Pour des informations complémentaires sur le cas García, cliquer ici (anglais seulement): http://www.ifex.org/en/content/view/full/95997

Pour des informations complémentaires sur le cas Vega, cliquer ici (anglais seulement): http://www.ifex.org/en/content/view/full/80595

Dernier Tweet :

Dirigente gremial y activista ecuatoriano sufre atentado intimidatorio: https://t.co/8YhRhtBBs4 @carlosfigueroa6… https://t.co/NQo0lQOdIA