RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste critique est assassiné

Un journaliste dominicain à la plume acerbe a été enlevé le 2 août par des individus armés et retrouvé sans vie quelques heures plus tard. À titre de directeur d'un magazine et animateur d'une émission de télévision, José Agustín Silvestre avait accusé des personnalités politiques de la ville de La Romana d'être impliquées dans le trafic de drogue, selon ce que rapportent la Société interaméricaine de la presse (SIP), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF).

Quatre assaillants se sont emparés d'Agustín Silvestre, 59 ans, et l'ont forcé à monter dans une jeep. Son cadavre a été retrouvé sur une autoroute entre La Romana et San Pedro Macorís; il avait été abattu de trois projectiles.

Silvestre animait l'émission « La Voz de la Verdad » (La Voix de la Vérité) et publiait deux fois par mois un magazine du même nom.

En mai, un procureur local avait déposé contre Agustín Silvestre une plainte en diffamation concernant un reportage à la télévision qui accusait un officiel d'entretenir des liens avec des trafiquants de drogue. Le journaliste avait été emprisonné pendant plusieurs jours puis libéré sous caution. (RSF avait noté que des coups de feu avaient été tirés à ce moment-là contre son domicile.) Il était censé comparaître devant le tribunal le 2 août, jour de sa mort.

D'après RSF, le journaliste a été contraint de quitter temporairement La Romana après avoir fait en ondes le 30 juillet des allégations concernant le meurtre récent d'un hommes d'affaires local. Avant cela, Agustín Silvestre avait dit au groupe de presse Colegio Dominicano de Periodistas (CDP) avoir été suivi par deux voitures qui avaient tenté de l'intercepter le 23 juillet, selon ce qu'indique le CPJ. Il avait aussi déclaré au CDP qu'il possédait des renseignements sur ce meurtre.

RSF rapporte que la police dominicaine a désigné nommément les personnes qui ont organisé et exécuté le meurtre. Selon la police en effet, un hommes d'affaires local voulait se venger d'un article d'Agustín Silvestre établissant un lien entre lui et des activités criminelles, notamment le meurtre de deux personnes à La Romana.

Dernier Tweet :

Hi Twitter followers, we need your help! Will you take this short survey on how we can improve our coverage of gend… https://t.co/iRqFZaiA6K