RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Offensive de Correa en ligne : Un comédien, un président et un combat pour l'expression en ligne

Connaissez-vous la blague du comédien britannique et du président équatorien ? Le mois dernier le comédien John Oliver a fait des blagues sur le Président de l'Équateur Rafael Correa et sur son offensive contre ses critiques en ligne. Correa anime une émission hebdomadaire à la télévision, « Enlace Ciudadano », au cours de laquelle il discute d'économie, de questions sociales et de tout ce dont il a envie de parler.

Récemment, un des sujets de discussion de « Enlace Ciudadano » a porté sur les gens qui critiquent Correa dans les réseaux sociaux. Au cours d'une émission, Correa a vilipendé et cloué au pilori certaines personnes qui l'avaient critiqué dans leurs tweets, affirmant que c'étaient des lâches qui se cachent derrière l'anonymat relatif des réseaux sociaux. Il a en outre menacé d'identifier l'individu qui anime un blogue populaire, lequel a par la suite reçu des messages intimidants, ainsi que la preuve que lui et sa famille étaient suivis.

Bien qu'il semble absurde qu'un leader mondial se donne la peine d'interpeller ses détracteurs en ligne, il ne faut pas prendre cette situation à la légère. Après s'en être pris à la presse imprimée, à la télévision et à la radio en Équateur, le Président Correa jette son dévolu sur le cyberespace… et ce n'est pas drôle.

Dans l'historique ci-dessous vous pouvez suivre quelques exemples – le cas de Crudo Ecuador, l'émission de Correa « Enlace Ciudadano » et la réponse du gouvernement aux critiques en ligne, Somos Más – pour voir comment Correa s'affaire à censurer le cyberespace.

Si vous éprouvez des difficultés à voir l'historique, cliquez ici pour obtenir la version http.

Erin Woycik est rédactrice de l'IFEX pour la Section des Amériques.

Dernier Tweet :

Through @omeisy 's tweets, we could feel the pain of a Yemen suffering from war and famine. https://t.co/lmGS7kif0T