RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux bloggers arrêtés, passés à tabac et détenus

(RSF/IFEX) - Les bloggers Mohammed Sharkawy et Karim El-Shaer ont été arrêtés, le 25 mai 2006, après avoir participé à une manifestation organisée au syndicat de la presse, au Caire. Le correspondant du "Los Angeles Times", Hossam El-Hamalwy, a par ailleurs été agressé alors qu'il couvrait l'événement.

Reporters sans frontières demande la libération immédiate des deux bloggers et dénonce les brutalités commises par la police égyptienne lors des manifestations. "Les témoignages que nous avons recueillis concernant l'interpellation des bloggers et l'agression du journaliste du "LA Times" sont particulièrement inquiétants. La communauté internationale doit réagir fermement pour condamner ces pratiques indignes d'un Etat qui se dit démocratique".

Une manifestation pacifique a été organisée le 25 mai au siège du syndicat de la presse du Caire pour commémorer la répression dont avaient été victimes des militants d'opposition, l'année dernière, le jour d'un référendum constitutionnel. Mohammed Sharkawy ( blog : http://www.speaksfreely.net/ ) quittait les lieux à bord d'un taxi quand des policiers en civil l'ont violement sorti du véhicule. Le blogger a alors été roué de coups. Il a ensuite été conduit au poste de police où il a été de battu et soumis à des actes humiliants. Son corps porte les marques de ces brutalités et il pourrait avoir une côte cassée.

Karim El-Shaer ( blog: http://misrhura.blogspirit.com/ ) était quant à lui dans la voiture de Dina Samak, une journaliste de la BBC, quand près d'une trentaine de policiers en civil l'ont appréhendé (voir les photos de la voiture après l'intervention sur le site de Reporters sans frontières). Il aurait été tabassé lors de l'arrestation et également maltraité au poste de police.

Les bloggers sont actuellement détenus à la prison de Tora, où ils devraient être emprisonnés pour une durée minimum de 15 jours. Ils sont accusés d'"insulte au Président" et de "violation de l'Etat d'urgence" (qui interdit les regroupements de plus de cinq personnes). Ils ont tous les deux demandé à être examinés par un médecin indépendant pour constater les mauvais traitements, une requête écartée par les autorités.

Par ailleurs, le journaliste Hossam El-Hamalwy a été aspergé de gaz lacrymogène par des policiers en civil alors qu'il couvrait la manifestation.

Les forces de l'ordre souhaitaient vraisemblablement empêcher les deux bloggers et le journaliste de se rendre à une autre manifestation qui se tenait devant la Haute cour du Caire.

Un troisième blogger, Alaa Abd El-Fatah, est détenu depuis le 7 mai 2006. Reporters sans frontières a demandé sa libération aux autorités égyptiennes dans un courrier daté du 9 mai.

Dernier Tweet :

#Defamation laws must be in line with #PECA -summary report from #CCPRPakistan https://t.co/KRfdDPSosQ @DigitalRightsPK @digitalasiahub