RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un deuxième blogueur détenu au secret

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières demande aux autorités égyptiennes de révéler les charges retenues contre deux blogueurs, détenus au secret au mépris de leurs droits fondamentaux. Reda Abderrahmane Ali, employé de l'Institut islamique Al-Azhar, a été interpellé à son domicile le 27 octobre 2008. Un second blogueur, Mohammed Adel, sympathisant du parti islamiste palestinien Hamas, a été arrêté le 20 novembre. Les appels lancés par leurs familles sont restés jusqu'à présent lettre morte.

"Ces deux nouvelles arrestations confirment la place de l'Égypte parmi les quinze pays ennemis de l'Internet. Quand il s'agit de faire taire un blogueur, lequel n'a pas, par définition, une rédaction susceptible de le soutenir publiquement, les autorités égyptiennes ne s'embarrassent pas de suivre les règles de droit les plus élémentaires. La détention au secret de ces deux blogueurs est intolérable. Nous demandons qu'ils soient libérés dans les plus brefs délais puisque aucune charge n'a, à ce jour, été retenue à leur encontre", a déclaré l'organisation.

Le 27 octobre 2008, une vingtaine de policiers se sont présentés, vers 2h00 du matin (heure locale), au domicile de la famille de Reda Abderrahmane Ali, dans le village d'Abu Hariz (Nord-Est). La soeur du blogueur a affirmé à Reporters sans frontières que les forces de l'ordre avaient perquisitionné sa chambre et saisi son ordinateur. Dans les jours qui ont suivi l'arrestation, la famille de Reda Abderrahmane Ali a adressé des courriers au ministère de l'Intérieur, ainsi qu'au président de la République Hosni Moubarak, mais les lettres sont pour l'instant restées sans réponse. Un mois après l'arrestation, ses proches ignorent ce qui lui est reproché et le lieu où il est détenu.

Reda Abderrahmane Ali, 32 ans, blogue depuis près de deux ans. Au cours de cette période, il a eu avec son employeur de nombreux problèmes liés à ses écrits. Toujours selon sa soeur, il aurait été menacé par Al-Azhar de poursuites judiciaires pour ses articles sur le mouvement des Coranistes - mouvance selon laquelle la pratique de l'islam ne doit être basée sur aucun autre texte que le Coran - dont il est membre.

Dans une autre affaire, les forces de l'ordre ont interpellé, le 20 novembre 2008, le blogueur Mohammed Adel, après avoir perquisitionné le domicile de ses parents et saisi ses livres et CD-roms. Selon le Réseau arabe d'information sur les droits de l'homme (ANHRI, basé en Egypte), Mohammed Adel aurait été arrêté dans la rue, après qu'une conversation téléphonique a été interceptée par la police. Selon l'ANHRI, Mohammed Adel pourrait être incarcéré dans les locaux de la sécurité de l'État du Caire.

Dans son blog, Mohammed Adel affiche son soutien au Hamas et critique ouvertement le président Hosni Moubarak, l'accusant notamment de "plus se préoccuper de la sécurité des Israéliens que de celle du peuple palestinien". Dans son dernier article, publié le 10 novembre 2008, le blogueur justifiait la décision du Hamas de contrôler la bande de Gaza par la force.

L'Égypte occupe la 146e place, sur 173, dans le classement mondial de la liberté de la presse, publié par Reporters sans frontières le 22 octobre 2008.

Dernier Tweet :

Four Sudanese editors prevented from travelling to Saudi Arabia by National Intelligence and Security Services (NIS… https://t.co/TWhKLMXKl1