RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le rédacteur Khaled Hamza interdit de voyager pour se faire soigner; la journaliste tunisienne Sihem Bensedrine interdit d'entrée en Algérie

(ANHRI/IFEX) - Le Réseau Arabe d'Information sur les Droits de l'Homme (ANHRI) a fermement condamné, le 5 avril 2009, les comportements hostiles des services de sécurité égyptiens et algériens envers les journalistes. Les services de sécurité égyptiens ont, en effet, empêché le journaliste Khaled Hamza, rédacteur en chef du site "Ikhwanweb" ( http://www.ikhwanweb.com ) de prendre l'avion pour Le Royaume Uni où il devait se rendre pour un séjour de soins. Les services de sécurité algériens ont, pour leur part, refusé l'accès au territoire à une journaliste tunisienne, Sihem Bensedrine, qui devait participer, à l'invitation de la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l'Homme, à une mission d'observation du comportement des médias durant les élections présidentielles algériennes, qui auront lieu le 9 avril.

L'interdiction de voyager imposée au journaliste égyptien ne repose sur aucune justification légale ni sur une décision de justice. De même, le refoulement de la journaliste Sihem Bensedrine n'est pas la première du genre. Elle avait déjà été empêchée de franchir la frontière algérienne en juin 2008.

L'ANHRI a souligné, à propos de ces deux cas, que "dans cette région obscure du monde qui s'appelle le monde arabe, les journalistes et les activistes des droits de l'homme sont encore des personnes indésirables. Malgré leurs multiples désaccords sur un grand nombre de sujets, les ministres arabes de l'Intérieur se mettent toujours d'accord dès qu'il s'agit de harceler les journalistes et les activistes des droits de l'homme, de les empêcher de circuler ou de voyager. Ce dossier ne doit pas être occulté ! Nous devons démasquer ces pratiques et dénoncer les atteintes aux droits des journalistes et des militants des droits de l'homme de circuler et de voyager dans le monde arabe. Et nous allons le faire !"

Dernier Tweet :

The @PeriodistasPy asks @Twitter to collaborate in finding the resposible of the threats to their secretary General… https://t.co/iFAkNzW2GO