RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le gouvernement menace de dissoudre l'EOHR

Les autorités égyptiennes menacent de dissoudre un des groupes membres de l'IFEX en Égypte, l'Organisation égyptienne de défense des droits de la personne (Egyptian Organization for Human Rights, EOHR), parce qu'elle aurait accepté des fonds non autorisés de l'étranger pour tenir une conférence régionale sur le droit d'accès à l'information, rapportent l'EOHR, l'Observatoire de la protection des défenseurs des droits de la personne (Observatory for the Protection of Human Rights Defenders) et le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme (REMDH).

Le 27 avril, l'EOHR recevait une lettre signée du ministère de la Solidarité sociale, dans laquelle on affirmait que l'EOHR avait reçu sans autorisation des fonds de l'étranger et qu'elle avait donc contrevenu à la Loi sur les associations 84/2002.

Selon le ministère, l'EOHR avait accepté de l'argent du Centre de la Liberté des médias au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, organisme basé au Maroc, afin d'être en janvier l'hôte conjoint d'une conférence régional au Caire, « L'Information est un droit pour tous », destinée aux défenseurs de la libre expression.

L'EOHR dit s'être conformée à la loi - elle a avisé les autorités dès juillet dernier de la tenue de la conférence et de sa demande de fonds de l'étranger, et n'a reçu aucune réponse.

La lettre du Ministère arrive après la publication par l'EOHR de son rapport annuel pour 2008, et de deux rapports sur la torture et la liberté d'expression.

L'affaire de l'EOHR n'est pas un cas isolé. D'après l'EOHR, la Loi 84/2002 donne aux autorités de vastes pouvoirs de dissolution et leur permet de contrôler le travail des ONG - en y restreignant leur accès aux fonds de l'étranger et leur aptitude à se joindre à des organisations internationales, par exemple.

L'Association pour les droits de la personne et l'aide juridique (Association for Human Rights and Legal Aid, AHRLA) a été dissoute sous le même prétexte en septembre 2007. Elle s'est enregistrée de nouveau en octobre 2008 et continue de fonctionner.

Au cours de la dernière année, l'EOHR, ainsi que l'Observatoire et le REMDH ont fait campagne sans relâche afin de faire modifier la loi pour la faire correspondre aux normes internationales en ce qui concerne les droits de la personne, comme la Déclaration de 1988 sur les Défenseurs des droits de la personne. Ces organisations invitent les organisations régionales et internationales à affirmer leur solidarité contre ce genre de législation, « qui paralyse le travail des ONG en Égypte. »

Dernier Tweet :

Fearing reprimand, student protesters in Bangladesh go silent https://t.co/S0ur0yS13x Fear of arrests and investiga… https://t.co/kuC7Sm461g