RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le rédacteur en chef d'« Al-Dustour » est congédié à l'approche des élections

Le rédacteur Ibrahim Eissa, du journal « Al Dustour », a été congédié à la veille des élections qui doivent avoir lieu le mois prochain en Égypte.
Le rédacteur Ibrahim Eissa, du journal « Al Dustour », a été congédié à la veille des élections qui doivent avoir lieu le mois prochain en Égypte.

Menassat.com

Le rédacteur en chef du quotidien égyptien indépendant « Al-Dustour », Ibrahim Eissa, a été congédié par les nouveaux propriétaires du journal - dernier en date d'une série de congédiements visant à intimider la presse avant les élections parlementaires du mois prochain en Égypte, indiquent le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arabic Network for Human Rights Information, ANHRI), l'Organisation égyptienne de défense des droits de la personne (Egyptian Organization for Human Rights, EOHR), l'Institut du Caire pour les études sur les droits de la personne (Cairo Institute for Human Rights Studies, CIHRS) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Eissa a déclaré avoir été viré quelques heures après avoir été avisé de ne pas faire paraître un article de Mohamed el-Baradei, chef d'un mouvement politique réformateur en Égypte, et tout juste le lendemain du transfert effectif de la propriété du journal à un parti ami du gouvernement.

Les nouveaux propriétaires, parmi lesquels se trouve al-Sayyid al-Badawi, magnat des médias et dirigeant du parti al-Wafd, avaient donné publiquement l'assurance que la vente n'affecterait en rien la position de la rédaction du journal. Mais ce n'est pas ce que pense Eissa. « Ils n'ont payé le journal que 4 millions de dollars US, rien que pour m'empêcher d'écrire », a-t-il indiqué au magazine « Foreign Policy ».

Dans des entrevues accordées à la presse, Al-Badawi a contesté la version de Eissa et décrit la situation comme celle d'un conflit de travail concernant les salaires du personnel.

Le congédiement survient tandis que grandit l'incertitude autour de l'avenir politique de l'Égypte, des élections parlementaires devant se tenir en novembre et des élections présidentielles l'an prochain.

« Le supplice d'“Al-Dustour” se comprend mieux dans le contexte des autres événements négatifs qui sont survenus, et qui ont affligé la presse égyptienne ces dernières semaines », dit le CPJ. « Des menaces à peines voilées et des ententes conclues dans l'ombre, qui ne laissent rien paraître des liens avec le gouvernement, ont commencé à réduire au silence quelques-unes des voix indépendantes les plus critiques d'Égypte. »

L'ANHRI fait remarquer pour sa part que le congédiement de Eissa survient deux jours à peine après que « Baladna Bilmasry » une émission de télévision animée par Eissa, eut été retirée de la programmation.

Eissa n'est pas non plus le seul à se voir indiquer la porte de sortie. D'après l'ANHRI, Alaa al-Aswani et Hamdi Qandil, deux des chroniqueurs les plus populaires du quotidien indépendant « Al-Shuruq », ont vu leur chronique cesser de paraître le mois dernier, après que l'administration du journal les eut prévenus de l'existence de pressions « externes » les invitant à en modérer le contenu.

L'ANRHI rapporte en outre qu'une autre populaire émission de télévision, « Al-Qahira Al-Yawm », diffusée sur le réseau par satellite « Orbit », a été suspendue le 25 septembre.

Durant sa carrière, Eissa a vu 65 plaintes être déposées contre lui parce qu'il aurait violé la loi égyptienne sur la presse. Trente d'entre elles sont toujours pendantes, dit le CPJ. En 2008, Eissa a été condamné à deux mois de prison parce qu'il aurait insulté le Président Hosni Moubarak après un reportage sur son état de santé. Moubarak lui a par la suite accordé un pardon.

Dernier Tweet :

Petition by Eric Gitari, Executive Director of NGLHRC, to Kenyan High Court, to strike down sections of the penal c… https://t.co/BWUczgJw1L