RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les dirigeants militaires ignorent le pluralisme

Le feld-maréchal Hussein Tantawi, chef du conseil militaire d’Égypte, actuellement au pouvoir
Le feld-maréchal Hussein Tantawi, chef du conseil militaire d’Égypte, actuellement au pouvoir

REUTERS/Pool/Xinhua/Cai Yang via IPI

Les dirigeants militaires de l'Égypte viennent d'infliger un cinglant revers à la libre expression et à la liberté des médias. Ils ont en effet annoncé l'imposition de limites à la participation des organisations de la société civile; ils s'attaquent aux sources de financement des ONG, interdisent la surveillance internationale des élections et ont rétabli le Ministère de l'Information, selon ce que rapportent le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arab Network for Human Rights Information, ANHRI), l'Institut du Caire pour les études sur les droits de la personne (Cairo Institute for Human Rights Studies, CIHRS) et d'autres groupes membres de l'IFEX. Frustrés de l'absence de progrès de la justice sociale et des libertés civiles, des milliers de manifestants ont défilé encore une fois les 23 et 24 juillet au square Tahrir du Caire.

Tandis que les manifestants se dirigeaient vers le ministère de la Défense pendant le week-end, des dizaines d'entre eux étaient attaqués par des assaillants. « Ils se sont retrouvés piégés et ont été agressés par des fiers-à-bras brandissant machettes et couteaux et lançant des pierres et des cocktails molotov », rapporte le « Guardian ». Les récents affrontements marquent une escalade de la tension entre les activistes et les dirigeants militaires égyptiens. Des dizaines de manifestants ont été blessés et au moins un journaliste a été agressé.

De plus, les journalistes et les activistes critiquent le gouvernement à cause de sa lenteur à tenir les procès des principaux dirigeants de l'ancien régime. Les activistes veulent aussi que le gouvernement accélère la transition vers un pouvoir civil, disent les dépêches. La tenue des élections a récemment été repoussée à la fin novembre.

À la place, les généraux en place consolident systématiquement leur propre pouvoir. Au début de ce mois-ci, le feld-maréchal Hussein Tantawi, chef du Conseil suprême des Forces armées (CSFA), a assermenté un nouveau ministre de l'Information après avoir rétabli le ministère de l'Information d'Égypte. Ce ministère avait été aboli après l'éviction du pouvoir d'Hosni Moubarak. Longtemps considéré par les journalistes comme l'instrument de propagande du régime Moubarak, son abolition constituait une exigence clé de la révolution des 18 jours, selon ce que rapporte le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

« Le ministère de l'Information est un outil dont se servent habituellement les régimes dictatoriaux », dit l'ANHRI.

La Coalition nationale pour la liberté des médias - composée de groupes de défense des droits comme l'ANHRI et le CIHRS, ainsi que de syndicats et de militants de la défense des médias - rejette cette nomination, rapporte l'ANHRI. La Coalition recommande que le gouvernement considère l'apport des employés des médias et des syndicats de journalistes afin de trouver un moyen de garantir le droit des citoyens à des médias libres et responsables.

Par ailleurs, le gouvernement tente de marginaliser les organisations de la société civile, dit l'ANHRI. Plus de 70 ONG ont demandé une rencontre avec le Ministre de la Justice sociale et de la Solidarité il y a déjà plus de deux mois. Les autorités ont répondu en ajoutant dans la loi de nouvelles contraintes pour les ONG, mettant sur pied une enquête sur le financement étranger de ces organisations, bloquant l'enregistrement de nouvelles organisations et imposant des délais infinis dans l'octroi d'autorisations à recevoir des fonds.

Dans ses manoeuvres pour contrôler les ONG, le CSFA a étendu très loin ses tentacules en interdisant la surveillance étrangère des élections, rapporte le CIHRS. Il s'est ingéré dans l'indépendance démocratique de la Commission suprême des élections en « indiquant les règles qui encadrent la participation des ONG égyptiennes et internationales au processus de surveillance des élections ». Le but de la vérification de tout processus électoral est d'en assurer l'intégrité, de rassurer les citoyens, dit le CIHRS, qui invite le CSFA à permettre aux ONG locales et internationales de faciliter le processus de surveillance internationale des élections égyptiennes.

Dernier Tweet :

"South African newsrooms are under pressure to move away from thoughtful and in-depth reporting towards responding… https://t.co/7DgcyJT7qw