RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Vingt-trois organisations et journalistes africains pour la protection des droits des médias demandent à l'UNESCO de révoquer le prix Obiang

(MFWA/IFEX) - Ci-dessous, une lettre signée par 23 organisations et journalistes africains pour la protection des droits des médias demandant aux membres du Conseil Exécutif de l'UNESCO de révoquer le prix Obiang :

Le 29 février 2012

Les Membres du Conseil Exécutif
L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)
Siège de l'UNESCO
7, Place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
France

CPI : Irina Bokova, Directrice Générale

Objet : Prix International UNESCO-Obiang Nguema Mbasogo pour la Recherche en Sciences de la Vie

Chers Membres Délégués du Conseil Exécutif

Nous soussignés organisations et journalistes Africains pour la protection des droits des medias, vous écrivons pour nous opposer sans équivoque au Prix International UNESCO-Obiang Nguema Mbasogo pour la Recherche en Sciences de la Vie et de vous demander de révoquer ce prix lors de votre prochaine session.

L'UNESCO étant une organisation qui championne la liberté d'expression et encourage la liberté des medias en particulier, ne devait jamais accepter le don de $3 million fait par le Président de la Guinée Equatoriale pour financer ce prix. Le régime du Président Obiang, au pouvoir depuis 32 ans, a systématiquement étouffé la liberté de la presse et a fait taire les voix critiques. Bien qu'un petit pourcentage de la population locale puisse avoir accès aux informations en provenance de l'étranger par le biais de l'internet et par les émissions de satellite, le gouvernement ne cesse de restreindre de main forte les activités de la plupart des medias et ainsi limite l'accès des citoyens à l'information. Les stations de radio et de télévision qui existent dans le pays sont les fiefs du gouvernement ou des membres de la famille du Président Obiang et l'ensemble de la section de la presse écrite qui sortent de manière régulière est contrôlé soit par l'état soit par les proches du président.

Les journalistes étrangers et locaux sont systématiquement harcelés, détenus et censurés. En février 2011 le gouvernement a interdit aux présentateurs d'émettre les rapports relatifs aux soulèvements du Printemps Arabe. Un présentateur de la radio d'état a été par conséquent suspendu pour avoir parlé de la Libye lorsqu'il était à l'antenne. En juin 2011 un équipage de télévision allemande ont vue leur séquences détruites avant d'être expulsé, ce, pour avoir filmé les quartiers pauvres de la capitale et pour avoir interviewé un avocat de la défense des droits humains et un membre du parti de l'opposition.

Nous avons appris que le Président Obiang a proposé une modification du titre du prix par la suppression de son nom, mais cela ne va pas effacer nos préoccupations du fait que son don de $3 million associe lui-même et les abus perpétré par son gouvernement à l'UNESCO, et de cette façon nuit à la mission précieuse de l'organisation. Nous avons également conscience du fait que ce fonds serait contaminé par la corruption du haut niveau dont la Guinée Equatoriale est renommée. Ce n'est pas un secret que les enquêtes toujours en cours en France et aux Etats Unis ont mené à la confiscation des biens de Teodoro Nguéma Obiang Mangue, le fils du Président. Des documents produits en matière des enquêtes séparées menées par le Sénat américain ainsi que le Département de la Justice des Etats Unis suggèrent une constante de corruption systématique au plus haut niveau du régime du Président Obiang. Malheureusement, les journalistes qui se trouvent au sein du pays ne peuvent pas rapporter ces faits étant donné les restrictions sévères qui leur sont imposées.

En tant qu'une organisation qui plaide pour “l'accès à l'information et à la connaissance” l'UNESCO ne doit pas accepter l'argent d'un leader dont les actions au cours des décennies font fi de ces principes. Nous vous encourageons à abolir en sa totalité ce prix Obiang de l'UNESCO et de mettre en œuvre de nouvelles directives susceptibles d'empêcher directement ou indirectement, dans l'avenir, la création des prix qui par intermédiaire de leur association aux individus ou gouvernements contredisent le mandat principal de l'UNESCO.

Fondation pour les Médias en Afrique de l’Ouest
ARTICLE 19
Fédération Internationale des Journalistes
Journaliste en danger
Union des Journalistes de l'Afrique de l'Ouest

LISTE INTÉGRALE DES SIGNATAIRES :

Donat Mbaya, Président
Tshivis T. Tshivuadi, Secrétaire Général
Journaliste en danger (JED)
(République démocratique du Congo)

Association des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest
(International)

Trevor Ncube
Président Adjoint Exécutif & P.D.G C.E.O. des journaux Mail & Guardian
Président d’Alpha Media Holdings
(Zimbabwe)

Gabriel Baglo
Directeur Fédération Internationale des Journalistes, Bureau Afrique
(International)

M. Omar Faruk Osman Nur
Président, Fédération des Journalistes Africains
(International)

Cheriff Moumina Sy
Président, Forum des Editeurs Africains
(International)

Makan Kone
Président, Maison de la Presse du Mali
(Mali)

Stéphane Goué
Secrétaire Général, Comité Ivoirien pour la Protection des Journalistes
(Côte d’Ivoire)

Alex Gustave Azébazé
Secrétaire Général, Syndicat national des journalistes du Cameroun
(Cameroun)

Fatou Jagne Senghore
Représentant Régional, ARTICLE 19 Afrique de l’Ouest
(International)

Célestin Lingo
Secrétaire Général, Réseau Médias pour les Élections
(Cameroun)

Kader Diop
Journaliste à la retraite
(Sénégal)

Kenneth Y. Best, Sr.
P.D.G, Liberian Observer Corporation
(Liberia)

Gwen Lister
Editeur fondateur du journal The Namibian
(Namibie)

William Saidi
Journaliste à la retraite
(Zimbabwe)

Boubacar Diallo
Président, la Maison de la presse du Niger
Président, Association nigérienne des éditeurs de la presse indépendante
(Niger)

Stanis Nkundiye Angalikiyana
Président, Union des Syndicats des Professionnels de la Presse d’Afrique Centrale
(République Centrafricaine)

Peta Thornycroft
Journaliste indépendant
(Zimbabwe)

Kwame Karikari
Directeur Exécutif, Media Foundation for West Africa
(Ghana)

Andrew Mwenda
Directeur de la Rédaction du journal The Independent
(Ouganda)

Fred M’membe
Rédacteur en chef du journal The Post
(Zambie)

Raymond Louw
Journaliste chevronné
Ancien éditeur du Rand Daily Mail et du Southern Africa Report
(Afrique du Sud)

Rafael Marques de Morais
Journaliste décoré et militant des droits humains
(Angola)

Dernier Tweet :

Haven’t decided which sessions to attend at the #IGF2016? Our schedule of #FoE related sessions might help! https://t.co/Wpz668RyhH