RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'état de la liberté d'information "catastrophique" en Érythrée, d'après rapport

Le 24 juin 2013, Reporters sans frontières a soumis sa contribution au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, qui examinera le cas de l'Erythrée lors de la 18ème session de l'Examen Périodique Universel (janvier-février 2014). Ce processus consiste à passer en revue les réalisations des Etats membres de l'ONU en matière de droits de l'homme, et à rappeler, le cas échéant, leurs responsabilités dans ce domaine.

Consultez la contribution de RSF.

Dans ce document, Reporters sans frontières décrit l'état catastrophique de la liberté de l'information en Erythrée et revient sur les raisons qui justifient la dernière place de ce pays au classement mondial de la liberté de la presse depuis six ans.

L'organisation dénonce le contrôle absolu de l'information par les autorités d'Asmara, consécutif à la suspension de la presse privée en 2001 et aux tentatives répétées, depuis, d'étouffer et de brouiller les sources d'information indépendantes ou venues de l'extérieur (radios en exil, médias étrangers). Elle rappelle aussi que l'Erythrée est la plus grande prison d'Afrique pour les journalistes. Près d'une trentaine d'entre eux sont derrière les barreaux. Parmi ceux détenus depuis plus de dix ans, quatre seraient encore vivants, sept sont morts en détention ou se sont suicidés.

Reporters sans frontières recommande notamment au gouvernement érythréen :

  • de mettre en œuvre les recommandations précédemment acceptées par l’Erythrée ;
  • de répondre de manière positive aux demandes de visite des Rapporteurs spéciaux de l’ONU ;
  • de mettre un terme à la censure, la surveillance de masse, et tous les actes de représailles et de harcèlement contre les acteurs de l’information ;
  • de libérer les journalistes détenus sans inculpation ni procès équitable.

Le 20 juin dernier, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, Reporters sans frontières a présenté le bilan de ses activités d'assistance en faveur des acteurs de l'information contraints à l'exil. Sur un site Internet dédié, l'organisation a mis en ligne six interviews de journalistes réfugiés, dont celle de l'Erythréen Amanuel Ghirmay. Consultez cette vidéo.

Cinq jours plus tôt, le 15 juin 2013, la station indépendante Radio Erena, symbole de la résistance en faveur de la liberté de l'information en Erythrée, fêtait son quatrième anniversaire. Lancée en 2009 et animée par des journalistes érythréens en exil, cette radio basée à Paris émet par satellite et en ondes courtes pour les Erythréens de l'intérieur, ainsi que sur Internet pour le reste du monde. En pénétrant en Erythrée, la station fournit une information indépendante et alternative à la propagande du gouvernement.

Dernier Tweet :

Atacan a radio comunitaria en Puebla, #México https://t.co/QNVejGufwn | @article19org @article19mex @cencos