RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La Journée mondiale de la liberté de la presse en Europe et en Asie centrale

Épuisés par les récents chocs politiques, les journalistes du Kirghizistan se sont réunis à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse pour discuter des défis qu'ils doivent affronter après la révolution. L'Association publique des journalistes du Kirghizistan (PAJ) a présenté dans un musée de Bichkek son exposition de Caricatures consacrée au 3 mai, moyen humoristique et satirique d'attirer l'attention sur les violations de la libre expression dans le pays. Le renversement récent du régime se reflétait dans les caricatures. Le concours visait à raviver un art qui se meurt au Kirghizistan et à renforcer la solidarité entre journalistes. La PAJ a en outre mené le 24 avril une campagne de plantation d'arbres en l'honneur de la Journée mondiale de la liberté de la presse, avec l'appui de l'IFEX. Des journalistes locaux et étrangers se sont rappelé les collègues tués lors de conflits tandis qu'ils ont planté 144 semis de frênes et de catalpas dans l'Allée des Journalistes.

Au Kazakhstan, la Fondation internationale Adil Soz pour la protection de la liberté de parole a tenu pour la première fois une manifestation qui consistait à nommer des gens et à jeter l'opprobre sur eux, les journalistes compilant une liste des noms des agences et des officiels les plus secrets qui refusent de fournir quelque renseignement. Les agences et les officiels gouvernementaux les plus réticents se sont vu attribuer une pomme en céramique représentant un visage humain, dont la bouche est scellée avec du ruban gommé, les yeux fermés avec des bouchons dans les oreilles ! Et, dans un autre effort pour instaurer la solidarité parmi les journalistes, Adil Soz a été l'hôte d'un événement consacré à « l'inscription de graffiti sur des blocs de béton ».

Les journalistes azerbaïdjanais et les membres de l'Institut pour la liberté et la sûreté des reporters (Institute for Reporters' Freedom and Safety, IRFS) ont célébré la journée par un rassemblement sur la tombe du rédacteur assassiné Elmar Huseynov. Le meurtre de Huseynov aurait été décidé par des officiels de haut rang à Bakou et exécuté en 2005 par des éléments criminels. Aussi, l'IRFS et le groupe Media Rights Institute (MRI) ont-ils tenu une discussion sur la réglementation de Internet par l'État, notamment l'attribution de permis d'exploitation de télévision sur Internet et le contrôle des réseaux sociaux. http://www.ifex.org/azerbaijan/2010/05/03/roundtable_event/

Au Bélarus, les journalistes indépendants sont attaqués férocement : leurs domiciles et leurs bureaux reçoivent la visite de la police, leur équipement est saisi. Les autorités contrôlent les médias en refusant l'accès à l'information et en interdisant l'impression et la distribution de la presse. L'Association des journalistes du Bélarus (AJB) continue de se battre pour une presse libre et, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, elle a choisi d'exprimer sa solidarité avec ses collègues à travers le monde qui subissent aussi des menaces.

Les jeunes militants des médias de l'AJB ont distribué des exemplaires d'une carte postale spéciale pour honorer la Journée mondiale de la liberté de la presse lors d'une exposition intitulée « Les médias de masse au Bélarus », qui a ouvert ses portes le 4 mai. La carte postale montre un Indien américain qui passe le calumet de paix d'un groupe de journalistes à un autre. « Nous voulions rappeler aux journalistes des médias qui appartiennent à l'État, qui ont participé à l'exposition, que nous étions prêts à les traiter d'abord comme des collègues », a déclaré l'AJB. Des cartes postales ont aussi été remises à des officiels du gouvernement. http://baj.by/?newlang=eng

Dernier Tweet :

Malaysia: Repeal of Anti-Fake News Act must be followed by broader reforms https://t.co/5RvDjPffuC @article19orgis… https://t.co/oQKuqyc22j