RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Reporters sans frontières exige d'avoir accès aux centres de rétention des migrants en Europe

De quoi l'intérieur des centres de rétention des migrants a-t-il l'air, et que s'y passe-t-il vraiment ? Reporters sans frontières (RSF) a fait équipe avec des groupes de défense des droits des migrants dans la campagne « Accès Ouvert », pour exiger que les journalistes et la société civile aient accès aux centres de rétention en Europe.

Selon les groupes Alternatives européennes et Migreurop, ainsi que la coalition des groupes de défense des droits des immigrants qui a lancé la campagne, les journalistes et la société civile ont un accès très limité aux centres de rétention des migrants dans la plupart des pays de l'Union européenne. Il est souvent impossible de rencontrer des personnes détenues ou même de leur parler, à moins d'être député au parlement.

« Dans certains pays, comme l'Italie et l'Espagne, les défenseurs des droits sont forcés de contourner les canaux officiels pour faire enquête dans ces affaires d'intérêt public. Cela est indigne des pays démocratiques », dit RSF.

Selon les groupes de défense des droits, la détention systématique des migrants est devenue la façon de gérer les flux migratoires en Europe. Environ 600 000 personnes, y compris des enfants, sont détenues sans jugement chaque année pour des raisons administratives.

« Les gens peuvent être piégés jusqu'à 18 mois dans ces centres de rétention avant d'être expulsés. Les conditions de détention varient, mais elles se caractérisent toutes par la privation de liberté et des traitements souvent inhumains et dégradants », dit un énoncé que l'on trouve dans le document vidéo Open Access, ci-dessous :



Jusqu'à maintenant, cinq journalistes de RSF ont présenté une demande d'accès à plusieurs centres de rétention situés en Île-de-France, dans la région parisienne. RSF demande aux journalistes d'ailleurs en Europe d'en faire autant. Si l'accès est accordé, les visites devraient avoir lieu au cours du mois prochain.

La campagne a été lancée dans 10 pays : Belgique, Bulgarie, Croatie, Espagne France, Italie, Pologne, République tchèque, Roumanie et Royaume-Uni.

Vous pouvez participer en signant une pétition qui demande aux gouvernements et aux institutions de l'UE de permettre l'accès aux centres.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Freedom of Association in Freefall: Draft Laws Undermine Ukraine’s NGOs https://t.co/XTmNvslHNH @freedomhouse… https://t.co/QViwxE8uG3