RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux journalistes tués en une semaine

La Société interaméricaine de la presse (SIP), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF) rapportent qu'un journaliste de la télévision guatémaltèque, qui avait été menacé à plusieurs reprises en raison de ses reportages, a été retrouvé mort la semaine dernière, et qu'un journaliste politique vénézuélien a été abattu.

Le journaliste et enseignant guatémaltèque Yensi Roberto Ordoñez Galdámez, 24 ans, a quitté dans la soirée de mercredi dernier son domicile de la province méridionale d'Escuintla, et n'est jamais rentré. Le lendemain, son cadavre a été découvert dans un véhicule noir à l'extérieur de l'école où il enseignait; il avait été poignardé à plusieurs reprises. Reporter à la chaîne 14, une station locale de télévision diffusée sur le câble, Ordoñez Galdámez avait dit à sa famille qu'on tentait de lui extorquer 3 250 $US.

En réponse, la SIP a fait part de son inquiétude devant la vague de violence « qui continue de déferler contre les journalistes, en particulier contre tous ceux qui vivent et travaillent dans les zones de l'intérieur du pays » où « la presse est moins protégée et plus vulnérable ».

Le 17 mai au Venezuela, Wilfred Iván Ojeda, chroniqueur de 56 ans au journal régional « El Clarín », qui était aussi militant du parti de l'Acción Democrática, d'opposition, et ancien membre de la législature de l'État, a été trouvé mort dans la ville de La Victoria, dans l'État d'Aragua. Selon le quotidien « El Nacional », Ojeda était au volant de sa voiture le 16 mai lorsque celle-ci fut interceptée par des inconnus. Son corps a été retrouvé sur un terrain vague, une cagoule sur la tête, bâillonné, atteint d'un projectile à la tête.

Ojeda tenait depuis 22 ans dans un hebdomadaire une chronique intitulée « Dimension critique ». Ses chroniques couvraient la politique locale, mais il n'était pas considéré comme trop critique.

Trois journalistes ont été assassinés depuis 2002 au Venezuela à cause de leur travail. RSF est d'avis que le meurtre d'Ojeda est l'oeuvre d'un groupe du crime organisé.

Dernier Tweet :

الكويت: محكمة التمييز تقرر أخلاء سبيل مدافع حقوق الإنسان سليمان بن جاسم وعشرات السجناء @GulfCentre4HRhttps://t.co/0itGKzb8L8