RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Intimidations et menaces de mort contre un journaliste suite à ses reportages sur le trafic de drogue

(FIJ/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de la FIJ:

La FIJ appelle à cesser les menaces contre un journaliste en Guinée Bissau

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd'hui les récents actes d'intimidation du journaliste Albert Dabo en Guinée-Bissau par le chef de la marine nationale, le Contre-amiral José Américo Bubo Na Tchuto, de même que les menaces de mort anonymes que le journaliste a reçu par téléphone.

M. Dabo a commencé à recevoir des menaces en juin dernier lorsque M. Tchuto l'a accusé de lui avoir attribué à tort des allégations selon lesquelles des soldats seraient impliqués dans un trafic de drogue. Les accusations étaient basées sur une interview pour une télévision britannique dans laquelle le journaliste a servi d'interprète. Le chef de la marine a également engagé des poursuites contre M. Dabo en août dernier à la cour criminelle. Le procès est encore en cours.

"Ces menaces contre Albert sont une tentative pour faire taire les journalistes couvrant le trafic de drogue en Guinée Bissau", a déclaré Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. "Le procès contre notre collègue est une tentative d'intimidation. C'est pourquoi nous demandons au gouvernement de prendre des mesures pour mettre un terme à cette poursuite pénale et aux intimidations auxquelles Dabo et d'autres journalistes d'investigation font face dans le pays."

Albert Dabo, qui travaille avec l'agence Reuters et avec la station de radio privée Bombolom FM, reçoit des menaces de mort depuis le mois de juin. En raison de la gravité de ces menaces, il était entré dans la clandestinité pendant une brève période mais les menaces ont recommencé.

Le 7 janvier, M. Tchuto a arrêté sa voiture dans la circulation dans la capitale Bissau et a montré son poing de façon menaçante à Dabo. Quelques heures plus tard, le journaliste a reçu une menace de mort par téléphone.

Suite à la plainte du chef de la marine contre M. Dabo, ce dernier a été inculpé en août pour diffamation, violation de secrets d'État, dénonciation calomnieuse, abus de la liberté de la presse et collusion avec des journalistes étrangers.

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde.

Dernier Tweet :

Meng Hongwei, former Interpol president and China's vice-minister for public security, could have been subjected to… https://t.co/YroMNO7lbK