RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le gouvernement revient sur la suspension du journal "Última Hora"

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières accueille avec un soulagement mitigé la décision prise par le gouvernement de revenir sur la suspension du journal "Última Hora", décision qui s'apparente davantage à un simple sursis.

En effet, le 20 avril 2011, la ministre de la présidence du conseil des ministres, Maria Adiatu Djalo Nandigna, a lancé, lors d'une conférence de presse au palais du gouvernement, "un appel vibrant aux médias, et, en particulier au journal "Última Hora", pour adapter leurs lignes éditoriales aux intérêts supérieurs" de la Guinée-Bissau. Elle a ajouté que le non-respect de ces consignes enjoindra "l'exécutif d'utiliser ses pouvoirs juridiques pour annuler définitivement les licences" des médias.

Reporters sans frontières espère que ces injonctions ne resteront qu'à l'état de déclaration et n'auront pas de suite. Mais elles constituent déjà une forme d'intimidation dommageable à l'indépendance des rédactions et à la liberté de la presse.

Dernier Tweet :

Ante el contexto violento que vive #Ecuador, @FUNDAMEDIOS junto a varios periodistas y organizaciones de la socieda… https://t.co/80C4Ln2o1K