RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Neuf inculpations dans l'assassinat d'un journaliste de radio en Haïti

Centaines de Haïtiens marchent pour protester contre le 3 avril 2000 assassinat de journaliste Jean Dominique
Centaines de Haïtiens marchent pour protester contre le 3 avril 2000 assassinat de journaliste Jean Dominique

REUTERS

Reporters sans frontières accueille à la fois avec satisfaction et prudence la nouvelle des inculpations, le 18 janvier 2014, de neuf personnes soupçonnées d'implication dans l'assassinat de Jean Léopold Dominique, le 3 avril 2000 à Port-au-Prince. L'attentat meurtrier contre le directeur de Radio Haïti Inter avait également coûté la vie au gardien de la station Jean-Claude Louissaint.

“Nous saluons un pas judiciaire important, quasi inespéré après des années d'enlisement et d'impunité dans un dossier qui aura mobilisé sept magistrats instructeurs. L'enquête avait certes été relancée le 8 mai 2013 avec l'audition comme témoin de l'ancien président de la République Jean-Bertrand Aristide, dont les neuf inculpés sont réputés proches. Il s'agit maintenant d'établir les niveaux de responsabilité avec précision, à l'appui des dépositions des neuf concernés. Aucun ne doit manquer à l'appel pour la suite de la procédure. La vérité doit enfin surgir, quatorze ans après les faits”, déclare Reporters sans frontières.

“Tout comme l'association SOS Journaliste, Reporters sans frontières demande en particulier que toutes les dispositions soient prises pour que Myrlande Lubérisse vienne s'expliquer devant la justice de son pays. L'ancienne sénatrice du parti Fanmi Lavalas de Jean-Bertrand Aristide est désignée dans le rapport du juge Yvikel Dabrésil comme commanditaire de l'assassinat de Jean Dominique. Les autorités des États-Unis, où réside l'intéressée, doivent accéder à son extradition s'il y a lieu”, ajoute l'organisation.

Le rapport du juge Dabrésil transmis le 18 janvier dernier à la Cour d'appel de Port-au-Prince fait également état des inculpations de : l'ancien maire adjoint de Port-au-Prince Harold Sévère, l'ancienne militante Lavalas et prêtresse vaudou Anne Augustin alias “Sô Ann”, ainsi que des hommes de mains Frantz “Franco” Camille, Toussaint Mercidieu, Mérité Milien, Dimsley Milien alias “Ti Lou” – déclaré mort par certains témoins -, Jeudi Jean-Daniel alias “Guimy” et Markington Michel. Ces trois derniers s'étaient évadés de prison en février 2005, deux ans après leur arrestation.

Politiquement très sensible, l'affaire Jean Dominique porte en elle une polarisation toujours très forte autour de la personne de l'ancien président Aristide, longtemps exilé puis revenu au pays en mars 2011. Certains témoignages recueillis par les magistrats et consignés dans le rapport du 18 janvier - dont celui de l'ancien chef de la sécurité de Jean-Bertrand Aristide, Oriel Jean – soutiennent la thèse selon laquelle l'ancien président aurait lui-même ordonné l'assassinat du journaliste, considéré comme une entrave à ses visées de retour au pouvoir à l'époque du crime.

Dernier Tweet :

#AsiaPacific Nov r/up: military abuses suppressed, women journos speak #Burma https://t.co/jHhB89G5zE @seapabkk @article19org @MizzimaNews