RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un sixième journaliste assassiné depuis le début de l'année, la piste crapuleuse écartée

(RSF/IFEX) - L'hécatombe continue dans les rangs de la presse après un mois de mars particulièrement sanglant. Luis Antonio Chévez Hernández, 22 ans, présentateur de la chaîne de radio W105, a été assassiné le 11 avril 2010 à San Pedro Sula, capitale économique du pays.

Luis Antonio Chévez Hernández, surnommé "el Huevo" ("l'œuf"), était accompagné d'un de ses cousins quand des inconnus les ont interceptés à leur descente de voiture, puis, après une discussion, ouvert le feu sur eux. Les deux hommes ont succombé sur les lieux. Le mobile du crime reste inconnu, mais la police a d'emblée écarté le mobile du vol, une importante somme d'argent ayant été retrouvée dans les affaires des victimes. Des témoins signalent que des inconnus rôdaient autour de la maison du journaliste avant son arrivée.

"Nous ne supportons plus cette vague de violence", s'est écrié un membre de la famille du journaliste. Justice n'a jamais été rendue pour les attaques, intimidations et assassinats de journalistes commis depuis le coup d'État du 28 juin 2009. La répression a encore aggravé le climat d'insécurité générale. Reporters sans frontières s'inquiète d'ailleurs des conséquences de l'actuel déploiement militaire dans la région de l'Aguán, où le journaliste Nahúm Palacios a perdu la vie après des menaces attribuées à l'armée.

Dernier Tweet :

Philippines: Speak truth to power, keep power in check https://t.co/3JnxMnJ4WY "... the paramount duty of a free pr… https://t.co/hXI00qT2Bs