RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Berta Cáceres

Berta Cáceres a passé sa vie à construire un mouvement pour protéger l'environnement et les droits des peuples autochtones de le défendre. Ses meurtriers ont essayé de faire taire ce mouvement en la tuant, mais au lieu de cela, sa mort a amplifié le message.

Prachatai via Flickr

« Ils ont peur de nous parce que nous n'avons pas peur d'eux ».


Une expression préférée de l'activiste de l'environnement Berta Cáceres

Quand elle a remporté le Prix Goldman 2015 de l'environnement, Berta Cáceres avait passé des décennies à construire un mouvement pour protéger et défendre les terres des peuples autochtones Lenca du Honduras. Elle avait fondé le Conseil civil des organisations populaires et autochtones (COPINH) et s'était déjà fâchée contre de puissantes sociétés hydroélectriques et minières dans son travail pour préserver l'environnement. Dans son discours d'acceptation du prix Goldman, elle a dédié son prix « aux martyrs qui ont donné leurs vies dans la lutte pour défendre nos ressources naturelles ». Pour peu comme si elle savait que moins d'un an plus tard, elle rejoindrait les nombreux martyrs de l'activisme environnemental au Honduras.

Né à La Esperanza, dans l'ouest du Honduras, Cáceres a grandi dans les années 1970 - une période de troubles civils et de violence en Amérique centrale. Sa mère, Bertha, était maire et gouverneure, ainsi qu'une sage-femme, et a enseigné à Berta et ses frères et sœurs à croire en la justice. En tant qu'étudiante en 1993, Cáceres a cofondé COPINH et a aidé à exploiter la force de la communauté indigène à un moment où être indigène au Honduras n'était ni une source de fierté ni une source de pouvoir. Le COPINH est maintenant composé de 200 communautés Lenca dans l'ouest du Honduras et lutte pour les droits des peuples Lenca à défendre leurs terres et leur mode de vie contre les mines, les barrages et d'autres projets nuisibles à l'environnement.

En 2006, Cáceres a commencé ce qui deviendra une campagne de longue durée contre le projet hydroélectrique Agua Zarca de construction de quatre barrages sur la rivière Gualcarque. Les militants locaux de Lenca à Río Blanco craignaient que les barrages réduisent leur accès à l'eau, endommagent l'environnement du milieu et surtout qu'ils n'ont pas été consultés à des étapes préliminaires de la planification du projet, en violation d'une convention de l'Organisation internationale du travail ratifiée par le Honduras. Pour leur travail, la communauté de Río Blanco et le COPINH ont reçu de nombreuses menaces pendant des années.

Lorsqu’en juin 2009 le président Manuel Zelaya a été renversé par un coup d'état militaire, des militants et des dirigeants locaux qui avaient organisé des campagnes pour le changement ont de nouveau été menacés. Avant le coup d'état, les militants honduriens avaient réussi à faire en sorte que le président Zelaya prenne des décisions qui améliorent la vie des Honduriens, telles que la réduction des frais de scolarité, l'augmentation du salaire minimum et le blocage de nombreux projets hydroélectriques.

Le 28 juin 2009, la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) a mis Cáceres sur une liste de personnes qui étaient en danger pendant le coup d'état, y compris d'autres dirigeants populaires, des autorités de l'État et des gens liés au président déchu. Le lendemain, Cáceres a bénéficié des mesures de protection préventive de la CIDH, qui a demandé au gouvernement hondurien de garantir sa « vie et son intégrité personnelle ». À l'époque, la CIDH avait reçu des informations selon lesquelles des forces militaires avaient encerclé son domicile.

Selon un rapport de Global Witness, 101 militants environnementaux ont été tués au Honduras entre 2010 et 2014. Malgré les menaces et les violences extrêmes qui ont explosé à la suite du coup d'état, Cáceres et le COPINH ont continué leur activisme, y compris la campagne contre le projet Agua Zarca. En 2013, Tomás Garcia, représentant du Conseil indigène Lenca, a été tué par des membres de l'armée hondurienne lors d'une manifestation pacifique. Après le meurtre, Sinohydro, un investisseur chinois, s'est retiré du projet Agua Zarca.

En 2014, Cáceres a été finaliste pour le Prix 2014 Front Line Defenders et, en 2015, elle a reçu le Prix Goldman de l'environnement, qui honore les « héros environnementaux de base » et leurs efforts pour protéger et améliorer l'environnement, souvent au détriment de la sécurité personnelle. Máxima Acuña, une militante péruvienne qui a remporté le prix Goldman 2016 pour les Amériques, a également fait face à des menaces répétées, des attaques physiques et des harcèlements policiers pour ses efforts à défendre ses terres.

Dans un communiqué le lendemain de l'assassinat de Cáceres, la CIDH a noté que seulement quelques mois plus tôt, elle avait rencontré une délégation du Honduras et avait parlé du danger auquel a continué à faire face Cáceres, ainsi que « des lacunes dans la mise en œuvre des mesures de protection » que l'Etat était censé lui fournir.

Malheureusement, Cáceres n'avait aucune protection quand elle a été abattue dans sa maison dans la nuit du 2 mars 2016. L'unique témoin de son meurtre, son collègue activiste mexicain Gustavo Castro Soto, a également été touché durant l'attaque, mais il a feint d'être mort jusqu'à ce que les assaillants soient partis. Plus tard, il a été arrêté par les autorités lorsqu'il tentait de quitter le Honduras.

Le 15 mars 2016, un autre militant collègue de Cáceres, Nelson García, a été tué par balle, pendant qu'à proximité des membres de la communauté Lenca à étaient expulsés avec force de leurs terres. Après le meurtre de García, la FMO, une banque néerlandaise de développement, et Finnfund, un autre investisseur, ont suspendu leur soutien financier au projet Agua Zarca, le laissant bloqué mais pas annulé.

Quelque soit la personne derrière l'assassinat de Berta Cáceres, le message qu'elle a essayé d'envoyer était que si la militante la plus connue au Honduras pouvait être brutalement tuée pour son travail, alors la même chose pourrait arriver à n'importe qui d'autre. C'était un crime qui a choqué beaucoup de gens, mais ses assassins n'ont pas réussi à tuer son message ou son mouvement. Des manifestations à la suite de son assassinat étaient pleines d'affiches disant « Vive Berta » (Berta vit) - et c'est vrai. Non seulement le COPINH poursuit-il son travail, mais aussi sa famille et ses sympathisants continuent d'exiger justice dans son cas, et sa fille, Bertha, continue de se battre pour les droits des peuples autochtones au Honduras. Comme Castro Soto l'a écrit dans une lettre ouverte après sa mort: « J'ai vu Berta mourir dans mes bras, mais j'ai aussi vu son cœur planté dans toutes les luttes que le COPINH a menées ».

Dernière mise à jour: 17 mai 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Despite receiving death threats, journalist Caddy Adzuba continues her work campaigning for #DRC's rape survivors… https://t.co/ybkifCfXrB