RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste et ses deux assistants arrêtés après la publication d'un ouvrage dénonçant des violences dans l'État d'Orissa

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce l'arrestation, le 8 décembre 2008, de Lenin Kumar Roy, écrivain et rédacteur en chef de la revue trimestrielle locale "Nishan", à Bhubaneswar, pour avoir publié un livre dénonçant les récentes violences survenues dans le district de Kandhamal, dans l'Etat d'Orissa (Est). Deux assistants de Kumar Roy, Ravi Jena et Dhananjay Lenka, qui travaillent à la maison d'édition où le livre est paru, Sovan Press, ont aussi été interpellés.

"Ces arrestations sont arbitraires et violent le droit à la liberté d'expression garantie par la Constitution. Lenin Kumar Roy a été arrêté pour le simple fait d'avoir dénoncé des violences intercommunautaires alors que le gouvernement local a échoué dans la protection des droits des minorités dans le district de Kandhamal. Nous appelons à sa libération immédiate et celle de ses deux assistants", a déclaré Reporters sans frontières.

Kumar Roy a été traduit en justice pour violation des articles 153-A et 295-A du code pénal indien qui punissent la publication de "littérature provocante pouvant troubler la paix et l'harmonie commune". Certains passages dénoncent l'attitude de certains groupes hindouistes incitant à la violence contre les minorités, contraignant les chrétiens à entonner des chants religieux hindous et forçant les jeunes femmes non hindouistes à la prostitution.

L'ouvrage, "Dharma naanre Kandhamalre Raktara Nadi" ("Bain de sang à Kandhamal au nom de la religion"), accuse des extrémistes hindous d'être les organisateurs de la campagne de violences contre les minorités.

Au moins 700 exemplaires du livre, qualifié de "littérature maoïste " par la police, ont été saisis dans les locaux de la maison d'édition. Le lendemain de son arrestation, la demande de libération sous caution déposée par l'avocat de Kumar Roy a été refusée.

Des activistes, journalistes et écrivains ont manifesté, le 10 décembre, devant la résidence du gouverneur de la région d'Orissa pour protester contre cette arrestation en brandissant des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire "Stop au communautarisme", "Libérez Lenin et les autres", ou encore "Penser et écrire ne sont pas des crimes".

Dernier Tweet :

التواصل مع وسائل الاعلام ليس جريمة ، وعلى الحكومة المصرية الكف عن ملاحقة المنتقدين والمعارضين باتهامات فضفاضة… https://t.co/ST9YVuPKYO