RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste allemand jugé "trop critique" interdit de séjour

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières demande aux autorités de New Delhi de répondre positivement à la demande de visa déposée par Hasnain Kazim, qui s'est vu refuser depuis plusieurs mois une accréditation pour être le correspondant en Inde du quotidien allemand "Der Spiegel". Des diplomates indiens ont confirmé oralement à des responsables allemands que ce refus était lié à ses articles trop "critiques et biaisés".

"Nous sommes consternés par l'attitude des autorités indiennes qui refusent, une nouvelle fois, un visa de presse à un journaliste accrédité par un média respecté. Derrière l'excuse des délais de traitement de la demande, se cachent les intentions du gouvernement indien, qui n'a pas supporté certains reportages de ce journaliste expérimenté, et souhaite l'empêcher de revenir travailler en Inde. Il est urgent que le gouvernement abandonne cette politique archaïque d'interdictions de séjour contre certains journalistes étrangers. En effet des dizaines de collègues ont récemment connu la même situation", a déclaré l'organisation

Employé au Spiegel Online depuis février 2006, Hasnain Kazim devait se rendre à New Delhi en mai pour s'y établir comme correspondant Asie du Sud du "Spiegel" et du Spiegel Online. En novembre 2008, le journaliste s'était rendu en Inde pour couvrir les attentats à Mumbai, et avait rédigé plusieurs articles à ce sujet dont un nominé pour le CNN Journalist Award 2009 ( http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,593647,00.html ).

Le 7 avril 2009, Hasnain Kazim a déposé une demande de visa au consulat indien de Hambourg qui a été immédiatement transférée à New Delhi. Par la suite, des diplomates indiens ont accusé le journaliste de "reportages hostiles", avant de prétexter une "couverture illégale" des attentats de Mumbai, par ce dernier. Cinq mois plus tard, sa demande demeure toujours sans réponse.

Contacté par l'organisation, Mathias Müller von Blumencron, rédacteur en chef du Spiegel Online, a déclaré : "L'ironie, c'est que la famille de Hasnain Kazim s'est battue pour être acceptée en Allemagne, et aujourd'hui c'est lui qui est rejeté par son pays d'origine. Cette situation est une triste nouvelle pour nous : Hasnain Kazim est l'un de nos plus brillants reporters en ligne. Nous ne comprenons toujours pas pourquoi le gouvernement indien refuse de lui délivrer un visa." M. Blumencron a rencontré l'ambassadeur indien à Berlin pour évoquer cette affaire.

Par ailleurs, les effets personnels du journaliste et de sa famille ont été confisqués pendant trois mois en Inde, où ils ont été fouillés par la douane, avant d'être renvoyés en Allemagne.

Dernier Tweet :

Roumanie : "Des ordres ont-ils été donnés pour empêcher les journalistes de faire leur travail ?" https://t.co/aOgRWeduZ0 @RSF_fr