RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des activistes sont emprisonnés pour avoir agité des drapeaux, dit Human Rights Watch dans un rapport

Human Rights Watch

Le gouvernement indonésien doit libérer immédiatement les 100 activistes papous et moluquois, et plus, emprisonnés pour avoir exprimé sans violence leurs opinions politiques, et il doit modifier les lois et les politiques dans le but de protéger la liberté d'expression, déclare un nouveau rapport de Human Rights Watch.

Au cours des deux dernières années, plus de 50 entrevues ont été réalisées auprès de prisonniers politiques afin de produire le document intitulé « Prosecuting Political Aspiration: Indonesia's Political Prisoners » (Poursuites contre les aspirations politiques : Les prisonniers politiques en Indonésie). Le rapport décrit l'arrestation et les poursuites contre les activistes, qui sont traînés devant les tribunaux pour avoir brandi de manière pacifique des symboles interdits comme les drapeaux de la Papouasie et des Moluques du Sud. Les prisonniers sont soumis à la torture en détention, se voient nier des soins médicaux convenables et sont isolés en étant transférés dans des prisons éloignées de leur famille et de leur communauté.

Un prisonnier a décrit les coups administrés par l'escouade antiterroriste : « S'ils ont une barre de fer dans les mains, on reçoit la barre de fer. S'ils ont un bâton en bois, on reçoit le bâton en bois. Si c'est un fil électrique, on se fait câbler. Des coups de chaussure. Des coups à main nue. Ils utilisent n'importe quoi. »

« L'Union européenne doit dire clairement que le monde est épouvanté par ces violations et presse l'Indonésie de libérer ces prisonniers, de modifier le code pénal afin d'empêcher de futures violations des droits de la personne », dit Human Rights Watch.

Dans une autre lettre envoyée à l'UE, Human Rights Watch a invité l'Union européenne à obtenir du gouvernement indonésien des engagements spécifiques en faveur de la liberté d'expression, celui notamment d'abroger les lois pénales sur la diffamation, lors du Dialogue UE-Indonésie sur les Droits de la personne, qui s'est déroulé le 29 juin à Djakarta.

Pour lire le rapport intégral, aller à :

Prosecuting Political Aspiration: Indonesia's Political Prisoners

Dernier Tweet :

Both “cyber security” and “cyber crime” are terms widely used but often poorly understood. This podcast from… https://t.co/ISP2OUj5wf