RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un rédacteur est trouvé mort; des journalistes sont blessés lors d'une descente effectuée dans un bureau

Un rédacteur de Kisar, une des îles Moluques, dans l'est de l'Indonésie, a été retrouvé mort le 17 décembre. Il présentait des contusions sur la majeure partie de son corps, selon ce que rapportent l'Alliance des journalistes indépendants (AJI), le membre local de l'IFEX, et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Dans un autre incident distinct, deux journalistes ont été blessés lorsqu'un groupe de membres du Front de la jeunesse de Kaili (Kaili Youth Front, FPK) a fait le 30 décembre une descente au local que l'AJI partage avec Beritapalu.com à Palu, au Sulawesi central.

Le corps du rédacteur en chef du « Pelangi Weekly », Alfrets Mirulewan, a été retrouvé sur une plage le 19 décembre, deux jours après que celui-ci eut été porté disparu.

« Étant donné les circonstances de sa mort, il y a des raisons de soupçonner qu'Alfrets Mirulewan pourrait avoir été tué à cause de son travail. L'Indonésie est en train de ternir sa réputation comme endroit où les journalistes peuvent être tués en toute impunité », dit le CPJ.

D'après les reportages de la presse locale, Mirulewan enquêtait sur des allégations de ventes illégales de carburant et avait également couvert des élections récentes fortement contestées, dans cette région éloignée des grands centres. L'AJI, ainsi que le Conseil de presse de l'Indonésie, l'Association des journalistes indonésiens et le Centre des médias des îles Moluques (Maluku Media Center) mettent sur pied une équipe afin d'étudier le décès de Mirulewan.

D'après le CPJ, deux journalistes de la télévision indonésienne ont été tués au début de l'année dernière, sans qu'il y ait eu de poursuites. En août, Ridwan Salamun, un vidéographe et reporter chez Sun TV, a été trouvé tabassé aux Moluques. Trois semaines auparavant, Ardiansyah Matra'is, de la chaîne locale « Merauke TV », a été tué à Merauke, une petite ville de Papouasie.

Selon l'AJI, l'attaque contre son bureau était en représailles à un article au sujet d'un assaut antérieur du FPK contre le bureau local du Comité National de la jeunesse d'Indonésie, lequel avait échoué dans sa tentative pour s'emparer de la présidence. Les suspects ont détruit des meubles et tabassé Iwan Lapasere, président de la section locale de l'AJI à Palu, et Muhammad Sharfin. Tous deux sont correspondants de la station « Global TV », basée à Djakarta.

D'après l'AJI, des 37 actions violentes commises contre des journalistes en 2010, deux cas seulement ont été portés devant la justice. « Les gens chargés de l'application de la loi, que ce soit par inadvertance ou non, permettent de commettre des actions violentes contre les journalistes », dit l'AJI.

Dernier Tweet :

Argentina: Intendente Claudio Filippa pide a hombres solteros que "abusen" de una periodista - @FOPEA https://t.co/8bNOdr4MTC @adcderechos