RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'ÉRYTHRÉE GLISSE TOUT AU BAS; LA PLUPART DES MEMBRES DU G8 REPRENNENT LE TERRAIN PERDU

L'Érythrée remplace la Corée du Nord en dernière place dans le sixième Index consécutif de la liberté de la presse dans 169 pays, publié le 16 octobre 2007 par Reporters sans frontières (RSF). À l'exception de l'Europe - où sont situés les 14 pays du haut de la liste - aucune région n'est épargnée par la censure ou la violence dirigée contre les journalistes. Une nouvelle tendance consiste pour les blogueurs à recevoir autant de menaces que les journalistes des médias traditionnels.

La presse privée d'Érythrée « a été bannie par l'autoritaire Issaias Afeworki, et les rares journalistes qui ont osé critiquer le régime sont jetés au bagne », a fait savoir RSF en publiant le rapport. « Quatre d'entre eux sont morts en prison, et nous avons toutes les raisons de croire que d'autres vont suivre. »

Des 20 pays au bas de l'Index de RSF, sept sont d'Asie (Pakistan, Sri Lanka, Laos, Vietnam, China, Birmanie et Corée du Nord), cinq sont d'Afrique (Éthiopie, Guinée équatoriale, Libye, Somalie et Érythrée), quatre sont du Moyen-Orient (Syrie, Irak, Territoires palestiniens et Iran), trois sont d'anciennes républiques soviétiques (Bélarus, Ouzbékistan et Turkménistan), et un des Amériques (Cuba).

« Nous sommes particulièrement inquiets pour la situation en Birmanie (164e) », dit RSF. « Les journalistes continuent de travailler sous le joug d'une censure implacable à laquelle rien n'échappe, pas même les petites annonces. Nous regrettons également que la Chine (163e) stagne dans les profondeurs de ce classement. À moins d'un an des JO de Pékin 2008, les réformes et les libérations de journalistes tant de fois promises par les autorités, ne semblent plus qu'une vaine illusion. »

La note positive, c'est que le Népal (137e) a fait un bond de plus de 20 places grâce à la fin de la guerre civile et au retour à la démocratie.

Le Groupe des Huit (G8) pays développés s'est essentiellement amélioré, après avoir chuté constamment dans l'indice au cours des trois dernières années. Deux pays seulement du G8, cependant, à savoir le Canada (18e) et l'Allemagne (20e), figuraient parmi les vingt premiers. La France, par exemple, a monté de six places pour passer au 31e rang - mais on continue de se préoccuper surtout de censure, de fouilles des entreprises de nouvelles et des menaces à la confidentialité des sources.

Aux États-Unis (48e), le blogueur Josh Wolf a été remis en liberté après 224 jours de prison. Mais le meurtre de Chauncey Bailey à Oakland en août et la détention depuis 2002 du caméraman d'Al-Jazira, Sami Al-Haj, empêchent les États-Unis de joindre les rangs des leaders du groupe.

En Russie (144e), le meurtre en 2006 d'Anna Politkovskaïa, l'impossibilité de traduire les assassins des journalistes, et l'absence continue de diversité des médias ont pesé de façon importante. La Bulgarie (51e) et la Pologne (56e) sont les plus faibles parmi les membres de l'Union Européenne. À Sofia, les accusations qui avaient été portées contre des officiers de la police qui ont tabassé un journaliste en mai ont été retirées. Les autorités polonaises refusent de dépénaliser les délits de presse, et les tribunaux décernent souvent aux journalistes des peines de prison avec sursis.

Trois pays figurent pour la première fois parmi les cinquante premiers. La Mauritanie (50e), qui a gravi 88 échelons depuis 2004, l'Uruguay (37e) et le Nicaragua (47e). Certains pays cependant ont chuté de façon notable, comme le Bénin (53e) et le Mali (52e). Dans les Amériques, le Salvador (64e) a chuté de 36 places en deux ans.

Plusieurs pays ont vu leur classement se dégrader cette année en raison de violations graves et répétées de la liberté de l'information en ligne. En Malaisie (124e), en Thaïlande (135e), au Vietnam (162e) et en Égypte (146e), des blogueurs ont été arrêtés et des sites web de nouvelles ont été fermés ou bloqués.

Au moins 64 cyberdissidents sont incarcérés à travers le monde - la Chine à elle seule compte 50 cyberdissidents en prison et le Vietnam huit. En Égypte, le blogueur Kareem Amer a été condamné à quatre ans de prison pour avoir critiqué le président et le contrôle des universités par les islamistes.

La guerre a tiré certains pays vers le bas, notamment la Somalie (159e) et le Sri Lanka (156e). Dans les Territoires palestiniens (158e), la bataille qui fait rage entre le Hamas et le Fatah a entraîné de graves violations de la liberté de la presse. En Irak (157e), plus de 200 travailleurs des médias ont été tués depuis le début de l'invasion américaine en 2003.

RSF a compilé l'Index après avoir fait parvenir 50 questions à 15 organisations de défense de la liberté d'expression et à 130 correspondants, en plus de journalistes, chercheurs, juristes et militants des droits de la personne à travers le monde. L'Index couvre 169 pays; certains pays ont été omis par manque de données.

Consulter l'Index de 2007 de RSF :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=24025
(23 octobre 2007)

Dernier Tweet :

Reprieve and Release for two Ugandan journalists. In separate incidents: Top Radio journalist Richard Kasule aka Ka… https://t.co/7JNT9rLgbD