RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LES JOURNALISTES « SE TIENNENT DEBOUT » POUR LE JOURNALISME

Des dizaines de milliers de journalistes à travers l'Europe « se sont tenus debout pour le journalisme » le 5 novembre afin de souligner leurs piètres conditions de travail, le rabaissement des standards et les pressions politiques et commerciales qui détruisent la qualité du journalisme sur le continent, rapporte la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

Les reporters et les rédacteurs de centaines de salles de nouvelles de toute l'Europe « ont marqué une pause en faveur de la liberté de la presse » le 5 novembre - et ont interrompu leur travail pendant deux minutes pour exprimer de manière coordonnée leur inquiétude face à la crise des médias.

Les journalistes du Royaume-Uni ont choisi le feu de joie annuel du 5 novembre pour lancer leur propre campagne de feux d'artifice contre les pertes d'emplois dans l'industrie et l'« abêtissement » des médias. En France, six syndicats de journalistes ont, dans une manifestation historique d'unité, lancé une campagne conjointe en faveur du journalisme indépendant. Dans un débat public à Bruxelles, on a critiqué les institutions européennes parce qu'elles tentent de manipuler le travail des journalistes.

« Le journalisme de qualité constitue un facteur clé dans le maintien du pluralisme des médias et de la liberté de la presse », dit Arne König, président de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), qui a coordonné les actions. « Sans lui, la démocratie elle-même est menacée. »

Dans chacun des pays de l'Union Européenne, le nombre des pigistes et des employés à temps partiel s'est accru considérablement tandis que les emplois et les programmes de formation ont été réduits, dit la FIJ. Un grand nombre de jeunes gens qui tentent d'entrer dans le monde du journalisme sont employés comme stagiaires, sans rémunération ni garantie d'emploi.

« Les tactiques de réduction aveugle des dépenses auxquelles les employeurs ont recours menacent la qualité et les normes et rendent le travail en journalisme plus précaire que jamais », dit König. « Les journalistes et leurs syndicats en ont assez et sont déterminés à ramener à l'ordre du jour des médias le travail de qualité et la décence dans le journalisme. »

Par ailleurs, à l'extérieur de la salle des nouvelles, politiciens et hauts fonctionnaires accentuent la pression sur les médias par une ingérence sans précédent dans le travail des journalistes, par exemple en exigeant des reporters qu'ils divulguent leurs sources et en écoutant leurs téléphones, dit la FEJ. Les journalistes demandent la formation de nouvelles coalitions entre les employés des médias et les organisations civiles afin de combattre l'effondrement de la confiance du public dans les médias.

Consulter les sites suivants :
- FIJ, avec tour d'horizon des actions : http://tinyurl.com/2v93pk
- FEJ : http://www.ifj-europe.org
- Reporters sans frontières, à propos des actions en France :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=24258
(6 novembre 2007)

Dernier Tweet :

"Tech giants and telecommunication service providers are increasingly facing public scrutiny over their direct or i… https://t.co/f0rqT08xj5