RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

UN RÉDACTEUR EN CHEF QUI AVAIT RÉÉDITÉ LES CARICATURES DE MAHOMET EST REMIS EN LIBERTÉ

La Cour suprême du Bélarus vient de réduire de trois ans à trois mois la peine de prison d'un rédacteur en chef qui avait reproduit les caricatures danoises controversées du prophète Mahomet.

La décision permet à Aleksandr Sdvizhkov, ancien rédacteur en chef adjoint du journal « Zgoda », aujourd'hui fermé, de sortir de prison immédiatement, celui-ci ayant déjà purgé trois mois de détention.

Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), le procureur de Sdvizhkov a déclaré que le tribunal avait réduit la peine de Sdvizhkov en raison de « circonstances exceptionnelles », citant la santé déclinante du journaliste, sa bonne conduite en prison et l'état de santé précaire de sa vieille mère.

Bien qu'ils saluent la décision, les membres de l'IFEX s'inquiètent toujours de ce que la condamnation « motivée politiquement » n'ait pas été invalidée.

« Cette décision de la Cour suprême fait sortir notre collègue de prison, mais malheureusement la condamnation demeure », dit la Fédération internationale des journalistes (FIJ). « Cela signifie en outre qu'à l'avenir, les journalistes du Bélarus peuvent être emprisonnés à cause de leur travail, ce qui est inacceptable. Une pareille menace doit être éliminée. »

À l'issue d'un procès à huis clos, Sdvizhkov a été reconnu coupable en janvier d'incitation à la haine religieuse pour avoir reproduit les caricatures de Mahomet publiées en 2006. Il a été condamné à trois ans de réclusion dans une prison à sécurité maximale.

D'après le CPJ, des journalistes locaux affirment que la poursuite était motivée moins par des susceptibilités religieuses que par la volonté de réduire au silence un journal critique dans les semaines précédant l'élection présidentielle. « Zgoda », qui avait suscité la colère officielle après avoir couvert un candidat d'opposition lors de l'élection présidentielle de mars 2006, a été fermé une semaine avant la tenue du scrutin.

Dans une autre affaire distincte, Reporters sans frontières (RSF) rapporte que le journaliste et militant Andrei Klimau a été libéré le 15 février, bien avant la fin de sa peine de deux ans de prison. Klimau a été incarcéré pour avoir tenté de renverser le gouvernement après avoir fait paraître des articles critiques à l'égard des autorités, articles qui ont été publiés sur Internet. Selon RSF, sa libération anticipée semble constituer un geste du gouvernement en vue d'améliorer ses relations avec l'Union européenne.

Consulter les sites suivants :
- CPJ : http://tinyurl.com/27r3hv
- FIJ : http://www.ifj.org/default.asp?index=5860&Language=EN
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25788
(4 mars 2008)

Dernier Tweet :

Thailand: Was Bangkok Post editor Umesh Pandey fired for mismanagement or political pressure?… https://t.co/eZIBOhz0qp